RMC

"Objectif Terre": pourquoi les nouvelles voitures diesel sont toujours loin d'être propres

Les nouveaux véhicules diesel qui sortent se vantent d'être plus "verts", mais sont toujours loin d'être propres.

Ca fait des années qu’on nous parle de diesel moins polluant. Et pourtant aujourd’hui les nouveaux véhicules diesel qui sortent sont toujours loin d’être propres. La faute cette fois à leurs filtres à particules. Ces filtres sont obligatoires depuis une dizaine d’année sur les voitures diesel, ils sont là justement pour éviter les émissions de particules classées cancérogènes.

Mais voilà, pour ne pas qu’ils s’encrassent, ces filtres s’auto-nettoient, et à ce moment-là ils rejettent jusqu’à mille fois plus de particules que le reste du temps. Et ils dépassent donc les limites autorisées, même si c’est juste temporaire.

L'auto-nettoyage des filtres pose question

Pour certains modèles comme l’Opel Astra on est quand même 117% au dessus des normes pendant le nettoyage des filtres. Sauf que ces émissions ne sont pas prises en compte pendant les tests d’homologation. Pas plus que les particules ultra-fines, les plus dangereuses pour la santé, et qui là aussi explosent pendant les phases de nettoyage du filtre. Et donc ça n’empêche pas la voiture d’être homologuée selon la norme Euro 6d Temps, la norme pourtant la plus stricte.

Pour être efficace, il faut pourtant bien que les filtres restent propres. C’est ce que disent les fabricants pour leur défense. Mais ce n’est pas si anecdotique: ces phases de nettoyage peuvent s’étendre sur 15km, et les émissions de particules peuvent rester élevées jusqu’à 30min après la fin du nettoyage.

Avec 28 nettoyages par an et par véhicules, multiplié par 45 millions de voitures équipées de filtres en Europe, ça finit par faire une sacrée pollution.

On voit qu’il y a encore trop de failles dans la réglementation: pas de norme en ce qui concerne les particules ultra-fines, pas de prises en compte des rejets polluants pendant la phase de nettoyage des filtres. Malgré de gros progrès sur la motorisation, le diesel n’est toujours pas aussi propre qu’on voudrait nous le faire croire.

Plusieurs grandes villes vont d’ailleurs interdire les véhicules diesel les prochaines années : Paris en 2024, Strasbourg en 2025 ou encore Grenoble 2030.

Géraldine de Mori (avec J.A.)