RMC

Pagaille dans les gares: "A force de taper sur la fonction publique, on a ce qu'on mérite"

Week-end difficile dans plusieurs gares parisiennes qui ont subi un fort engorgement samedi. Pas étonnant selon Marc, un conducteur de trains, qui estime que la réduction de personnel est une des raisons qui expliquent la dégradation des services ferroviaires.

Pour la SNCF, il n'y a pas eu de "désorganisation" ce week-end dans les gares parisiennes. Pourtant de nombreux usagers ont signalé une pagaille au moment d'embarquer dans les trains, notamment à la gare de Bercy.

Pour Marc, conducteur de trains et auditeur de RMC, il s'agit tout simplement de la conséquence de la réduction d'effectifs au sein de l'entreprise ferroviaire: "J'ai vu la SNCF se dégrader. On l'a vu, nous les conducteurs, les gens d'en bas. Il y a eu Sarkozy avec le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux très célèbre, les autres ont suivi. Depuis des années les gouvernements manipulent les opinions publiques en disant que les fonctionnaires coûtent trop cher. Et c'est le leitmotiv de la direction de la SNCF. Guillaume Pépy a fait énormément de mal à l'entreprise. Ce qu'on voit, sur le terrain, il n'y a plus personne. C'est la SNCF que les Français ont voulu, en quelque sorte. A force de taper sur la fonction publique, on a ce qu'on mérite".

"Il y a eu beaucoup de dégâts à la SNCF"

Gilles Dansart, journaliste spécialisé dans les transports, ne dit pas le contraire: "Il y a des choix qui ont été difficiles. La SNCF est à la fois une industrie et à la fois une entreprise de services. Le curseur s'est déplacé un peu trop vers les services. Il y a eu des suppressions d'emplois très nombreuses, notamment sur le réseau lui-même. Il y a eu beaucoup de dégâts. Sur les conducteurs, il est difficile d'en trouver et le métier fait moins rêver. Mais de manière générale, c'est vrai qu'on a l'impression qu'on a mis des gilets rouges en nombre, au détriment de fonctions mieux établies avec des gens qui avaient une maîtrise de leur métier".

L'entreprise publique a fait l'objet cette année de plusieurs polémiques sur des dysfonctionnements, en particulier deux pannes géantes à la gare Montparnasse.

P.B.