RMC

Plan vélo à Paris: "La ville partait de très loin, maintenant la dynamique est très forte"

Cinq ans après le lancement du plan vélo pour la capitale d'Anne Hidalgo en 2015, les cyclistes parisiens sont assez mitigés.

Au mois d'avril 2015, Anne Hidalgo promettait plus de confort et de sécurité à tous les cyclistes de Paris. Mais 5 ans plus tard, ce n'est pas vraiment ce que constate Jean-Luc: "On ne se sent pas tout le temps en sécurité à paris. C'est dangereux, on le voit avec les bus quand ils coupent la route, c'est un vrai bazar".

Le plan vélo ne convainc pas non plus sa femme Christelle, qui ne prend pourtant que la voiture: "J'ai l'impression que pendant la grève tout le monde découvre que Paris n'est pas du tout adapté à ce mode de déplacement. En tant qu'automobiliste, j'ai vraiment peur de faire du mal à un cycliste".

Agathe elle est moins sévère. Cette Parisienne fait chaque jour une heure de vélo pour se rendre au travail: "Il y a plein de pistes cyclables, c'est beaucoup plus agréable de rouler maintenant qu'avant. Je préfère faire du vélo à paris qu'à Londres. Il y a plus d'infrastructures. C'est en bonne voie".

"Il faut poursuivre la dynamique"

A ce jour, un peu plus de la moitié des aménagements cyclables promis en 2015 par Anne Hidalgo ont été réalisés. Un bilan satisfaisant pour Sébastien Catier, président de l'association Paris en Selle: "C'est quand même un tournant en matière de vélos. Paris partait de très loin. Maintenant, c'est une dynamique qui est très forte et qu'il faut poursuivre. Beaucoup de métropoles ont investi dans le vélo -Bordeaux, Strasbourg- et on voit que ce sont des investissements très efficaces en matière de mobilité car ils vont couvrir plus de 50% des déplacements quotidiens pour la quasi-totalité des habitants".

Si Anne Hidalgo est réélue en mars, elle promet de faire de Paris une ville 100% vélo.

Marie Monier et Anaïs Bouitcha