RMC

Recherches du MH370 suspendues: "On a fait semblant de mener une enquête"

Des avions de la compagnie Malaysia Airlines (photo d'illustration).

Des avions de la compagnie Malaysia Airlines (photo d'illustration). - Manan Vatsayayana - AFP

Trois ans après la mystérieuse disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines, les recherches pour retrouver l'appareil ont été suspendues, ont annoncé ce mardi les gouvernement australiens, malaisiens et chinois. Le Boeing 777 avait disparu des écrans radars le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, dont la femme et les deux enfants de Ghyslain Wattrelos, qui a fait part sur RMC.fr de sa colère après une telle décision.

Ghyslain Wattrelos a perdu sa femme et ses deux enfants dans la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines. La disparition du Boeing 777 le 8 mars 2014 reste à ce jour un mystère.

"Je suis furieux mais pas surpris. Je ne suis pas surpris parce que j'ai toujours dit que je ne croyais pas à cette zone de recherche. L'avion n'est pas là. C'est donc logique qu'on ne l'ait pas trouvé dans cette zone. Donc je ne suis pas surpris qu'on arrête les recherches. On a quand même reçu le 20 décembre dernier un rapport de l'Australie nous disant qu'à la vue des trois débris du MH370 que l'on a retrouvés - un à la Réunion, un à l'Ile Maurice et un en Afrique du Sud -, l'avion n'avait clairement pas pu tomber dans cette zone de recherche. L'Australie fait un rapport en disant qu'effectivement la zone de recherches devraient être plus au nord, et un mois plus tard on arrête les recherches? C'est n'importe quoi, une fois de plus c'est de la désinformation, je suis furieux !

"Ça me rend furieux"

On a fait semblant de chercher, c'est tout. C'est comme ça depuis le début dans cette histoire: on a fait semblant de mener une enquête. C'est le gouvernement australien qui m'a dit ce (mardi) matin que les recherches étaient terminées. C'est quand même surprenant que ce soit lui qui communique là-dessus. Mais que vient-il faire dans cette histoire? Pourquoi je ne reçois pas ça de la Malaisie? Je ne reçois aucune info de Malaisie. C'est l'Australie qui a pris le leadership de l'enquête et de l'information alors qu'ils ne sont officiellement pas en charge de l'enquête. Ça aussi ça me rend furieux, parce qu'on a visiblement demandé aux Malaisiens de se taire.

"Extrêmement important de retrouver d'autres débris"

On ne peut pas accepter la fin des recherches. Pour le vol Rio - Paris, on a annoncé la fin des recherches, avant de les reprendre sous la pression des familles. Et finalement, on a trouvé l'avion. Pour le vol Rio - Paris on savait où l'avion était tombé et on a mis deux ans à le retrouver. Là, on ne sait pas où l'avion est tombé, on peut donc chercher un peu plus longtemps que deux ans. Continuons les recherches, on ne peut pas en rester là à dire: 'On ne sait pas où est le MH370'. Il faut continuer les recherches sur cette zone nord dont a parlé l'Australie le 20 décembre dernier, ce qui n'est pas si vieux.

Les familles sont allées à Madagascar où des débris ont été retrouvés, et il est évident qu'il y a d'autres débris ailleurs sur la côte malgache. Nous pensons qu'il est plus simple de chercher des débris sur des plages que de faire des recherches au fond de la mer comme ils le font aujourd'hui. Pourquoi il n'y a pas de recherches systématiques de débris sur les plages dans ce coin-là? On ne comprend pas. Ces débris n'ont pas parlé sur la cause de l'accident, mais retrouver plus de débris nous permettra de définir avec précision le lieu du crash. Il est extrêmement important de retrouver d'autres débris, il ne peut pas y en avoir que trois.

"Je ne me sens pas soutenu par les autorités françaises"

Je ne me sens pas soutenu par les autorités françaises. Elles n'ont jamais proposé leur aide pour les recherches, n'ont jamais fait pression sur la Malaisie. Je me sens soutenu par les juges qui ont été nommés par la justice française, qui font un très bon boulot. C'est la seule enquête indépendante en qui j'ai confiance, mais malheureusement on ne leur donne pas les informations. L'Angleterre et les États-Unis ne donnent aucune information. Que ce soit auprès de la société Inmarsat, de la société Rolls Royce, de Boeing et du FBI, qui a fait l'enquête sur place dès le premier jour, le juge français n'obtient rien de ces gens-là".

Propos recueillis par Philippe Gril