RMC
INFO RMC

Réquisition à Gravenchon: le tribunal examinera la requête de la CGT ce jeudi à 14h30

INFO RMC. La requête de la CGT pour faire annuler la réquisition du personnel du dépôt de Port-Jérôme-Gravenchon sera examiné ce jeudi à 14h30 par le tribunal administratif de Rouen.

Selon les informations de RMC, le tribunal administratif de Rouen examinera ce jeudi à 14h30 la requête de la CGT visant à faire annuler la réquisition d'une partie du personnel de la raffinerie de Port-Jérôme-Gravenchon. 

La réquisition de salariés dans le privé est autorisée par la loi mais dans des conditions très strictes. Cette réquisition doit être justifiée par des troubles à l'ordre ou à la salubrité publique, et proportionnée. Seuls les personnels nécessaires au rétablissement de l'ordre public peuvent être réquisitionnés.  

La CGT considère que la réquisition décidée ce mercredi pour Gravenchon est illégale car elle ne répond pas à ces critères. Le président du tribunal a jusqu'à vendredi 20h pour prendre sa décision. 

"Le référé est déposé, a confirmé Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, face à Apolline de Malherbe ce jeudi sur RMC-BFMTV. En 2010, la France a été condamnée par l’OIT. Nous considérons que c’est comme une décision de justice."

Grève reconduite à Gravenchon

A Gravenchon, où la grève a été reconduite ce jeudi matin, deux nouveaux salariés grévistes ont été réquisitionnés. Ils doivent permettre la distribution de carburant, notamment via l'oléoduc qui alimente le dépôt de Gennevilliers, l'un des plus grands d'Ile-de-France. L'un de ces salariés réquisitionné a voté la reconduction du mouvement, mais il a dû rejoindre ses collègues non grévistes à l'intérieur de la raffinerie.

Pas très heureux d'avoir été désigné par la préfecture, il accomplira sa tâche, car il sait qu'il risque gros s'il ne se présente pas, mais il fera le strict minimum. Pour lui, ces réquisitions sont une entrave au droit de grève. Il se dit juste content de savoir que ce carburant libéré va permettre aux pompiers, aux policiers et aux soignants de faire le plein.

Ses collègues grévistes sont eux toujours sur le parking de la raffinerie. En colère, mais aussi fatigués au 23e jour de mobilisation. Le mouvement s'essouffle, reconnait un syndicaliste. Il va falloir trouver une issue rapidement.

LP avec Victor Joanin et Nicolas Ropert