RMC
INFO RMC

Réquisitions de personnels: le recours de la CGT refusé par le tribunal

INFO RMC. Revers pour la CGT en justice qui avait lancé un référé pour contester les réquisitions de personnels sur le site Esso ExxonMobil de Gravenchon.

La CGT avait lancé une procédure judiciaire en référé auprès du tribunal administratif de Rouen concernant les réquisitions des personnels de la raffinerie Esso de Port-Jérôme-Gravenchon. Selon nos informations elle a été rejetée par le tribunal ce vendredi matin.

Dans son jugement que l'AFP a pu consulter, le tribunal administratif estime notamment que "le recours à des mesures de réquisitions individuelles d'agents qualifiés présente un caractère nécessaire pour prévenir les risques d'atteinte à l'ordre public eu égard à la durée des défaillances d'approvisionnement causées par la grève".

Une deuxième requête de la CGT, portant sur les réquisitions de Dunkerque, sera examinée par le Tribunal administratif de Lille ce vendredi après-midi.

"La CGT ne se satisfait pas de cette décision de référé"

Le site normand d'Esso-ExxonMobil, où il n'y avait "pas de grévistes" vendredi matin selon les syndicats CGT et FO, avait été le premier à être visé par des réquisitions de personnels du dépôt afin de permettre la livraison de carburants.

"Il va, de toute manière, y avoir une procédure par la suite sur le fond", a réagi auprès de l'AFP l'avocat de la CGT, Me Emmanuel Gayat, qui a précisé qu'étant donné la "reprise du travail, (il) ne peut pas aller devant le Conseil d'Etat".

"La CGT ne se satisfait pas de cette décision de référé. Avec les organisations Solidaires, FSU et FO, nous continuons notre lutte pour la défense du droit de grève, pour l'augmentation générale des salaires, des pensions et des minimas sociaux. Nous serons massivement en grève et dans la rue le 18 octobre prochain", a réagi dans un communiqué Gérald Le Corre, membre de la commission exécutive de l'Union départementale CGT 76.

Chez Esso-ExxonMobil, un accord avait été trouvé mardi entre la direction et deux syndicats majoritaires, dont la CFDT, mais pas avec la CGT, qui avait alors décidé de maintenir l'appel à la grève sur les deux sites.

Victor Joanin (édité par J.A.)