RMC

Syrie: sur une route "attaquée par des snipers, des obus"

La Syrie est en proie à une guerre qui dure depuis maintenant six ans. Devenue un vrai terrain de désolation, où des milliers de civils ont perdu la vie. Notre reporter Marie Régnier s’est rendue sur une route dangereuse: celle reliant Damas à Alep.

Il ne faut jamais y rouler après la tombée de la nuit. Et ne jamais s’y arrêter. Cette route, qui relie Damas à Alep, en Syrie, est un véritable parcours semé d’embusques toutes autant dangereuses les unes que les autres.

Voitures carbonisées laissées sur le bas-côté en témoignent. Ali, le chauffeur conduisant notre reporter, roule vite mais ne ralentit qu’à l’approche des barrages militaires. Les soldats de l’armée, affaiblis et en constante alerte, sont retranchés un peu partout derrière les collines désertiques, avec les yeux bien ouverts.

"L’armée syrienne contrôle la route mais elle est souvent attaquée par des snipers, des obus, et surtout des mines qu’ils placent sur la route pendant la nuit. C’est assez dangereux", explique Ali.

Une route capitale pour l’approvisionnement

Beaucoup des anciens collègues d'Ali ne souhaitent plus emprunter ce chemin.

"Il y a d’un côté les combattants du front Al-Nosra et de l’autre coté l’Etat islamique. Ils sont tout près de nous, derrière les montagnes, à cinq ou six kilomètres", témoigne-t-il.

Cette route est pourtant vitale à l’approvisionnement de la ville d’Alep. Les camions continuent d’y circuler puisque leur rôle est capital. Sans eux, plus de vivres, nécessaires à la vie des civils. Au total, plus de 310.000 personnes ont déjà été tuées et des millions déplacées en Syrie depuis le début du conflit, en 2011.

J.Breon avec Marie Régnier