RMC

"Un désaveu pour la politique écologique du gouvernement": la suspension du train de fret Perpignan-Rungis suscite de vives réactions

RMC
Circulant à vide depuis lundi, le train de fret transportant des primeurs de Perpignan au marché de Rungis, a été suspendu mercredi, pendant la basse saison, et reprendra au 1er novembre.

Une "mise à mort qui se prépare" au profit de "25.000 camions sur les routes, selon la CGT. Le train de fret transportant des primeurs de Perpignan au marché de Rungis, actuellement en sursis, est suspendu jusqu'au 1er novembre, a indiqué le vice-président de la Région Occitanie, à l'issue d'une réunion à Perpignan.

"La liaison à vide, comme elle est réalisée depuis trois jours, n'est pas acceptable. Elle va s'arrêter aujourd'hui (mercredi) jusqu'au 1er novembre. A partir du 1er novembre va recommencer une liaison entre Saint-Charles (plate-forme de transport de Perpignan) et Rungis, telle qu'elle était, mais de manière transitoire, le temps de trouver une solution pérenne", a ajouté Jean-Luc Gibelin, vice-président de région.

La ministre des Transports et de la Transition écologique Elisabeth Borne a confirmé cette reprise: "La liaison ferroviaire entre Perpignan et Rungis a maintenant un avenir. Dès la réunion du 17 mai au ministère (...), la SNCF s'était engagée à [maintenir] ce train jusqu'à la fin de la saison haute et avait proposé qu'il soit prolongé jusqu'à la fin de l'année, le temps qu'il y ait une solution ferroviaire pérenne qui prenne le relai", a-t-elle ajouté.

Si la ministre assure avoir obtenu l'engagement des entreprises concernées, c'est un moindre mal pour Mickael Meusnier, délégué CGT- Cheminots: "C'est une première étape gagnée. Ce n'est pas l'arrêt du trafic. Localement et nationalement, c'est important de conserver le trafic de fret".

Mais pour Thomas Portes, animateur du collectif "Sauvons le Perpignan-Rungis", syndicaliste de la CGT-Cheminots et responsable national des cheminots au PCF,

"C'est une mise à mort que prononce la nouvelle ministre de l'Ecologie! Elle acte le transfert de 25.000 camions sur les routes! Depuis le début, nous avions raison. C'est un désaveu pour la politique écologique du gouvernement: c'est un très mauvais signal alors que l'on sait que la lutte contre le réchauffement climatique est une urgence absolue"...

Pour réfléchir à une solution pérenne, un comité de pilotage ouvert à la grande distribution et à la filière Bio aura lieu le 11 septembre, il sera précédé de deux réunions techniques.

Benoît Ballet avec Xavier Allain