RMC

Véhicules anciens bannis dans Paris: "Ce n'est pas comme si Mme Hidalgo m'avait prêté une voiture autorisée"

TEMOIGNAGES - L'association "40 millions d'automobilistes" a déposé lundi devant le tribunal administratif 50 dossiers de demande d'indemnisation d'automobilistes qui se disent lésés par les restrictions de circulation instaurées à Paris pour les véhicules datant d'avant 1997. Car, mise en place depuis un mois, cette mesure a vraiment du mal à passer chez les automobilistes concernés.

Afin de lutter contre la pollution de l'air, la mairie de Paris a interdit depuis le 1er juillet aux voitures immatriculées avant le 1er janvier 1997 de circuler dans Paris (hors bois et périphérique) en semaine de 08H00 à 20H00, ainsi qu'aux véhicules utilitaires légers mis en circulation avant le 1er octobre 1997 et les deux-roues d'avant le 1er juin 1999. Une interdiction qui touche près de 870.000 personnes et qui est loin de réjouir les automobilistes concernés.

C'est pourquoi l'association 40 millions d'automobilistes a déposé, ce lundi, 50 recours contre la mairie de Paris et demande l'indemnisation des automobilistes qui se sentent lésés. Parmi eux, Clément, 28 ans, heureux propriétaire d'une Peugeot 205 de 1993 aux fauteuils un peu vieillis et à la couleur un peu passée. Pour autant, malgré les 300.000 kilomètres au compteur, il ne compte pas du tout s'en séparer. "Je vais continuer à rouler avec. Si je prends des amendes, j'en prends et si je n'en prends pas ça sera l'idéal. De toute façon je n'ai pas le choix", assure-t-il en riant.

"Je trouve ça discriminant"

"Ce n'est pas comme si Anne Hidalgo m'avait prêté une voiture autorisée ! Je n'ai que celle-ci. Je n'ai aucune alternative", poursuit le jeune homme. Clément, qui n'a pas les moyens d'acheter une voiture plus récente, se sent donc piégé par cette mesure: "Je trouve ça très injuste et discriminant parce que si j'avais des sous je pourrais m'acheter une grosse voiture très polluante. Mais comme j'aurais de l'argent, on me laisserait tranquille…"

L'association 40 millions d'automobilistes saisit donc la justice et indique avoir déjà recueilli et créé 670 dossiers. "Nous avons lancé une action pour attaquer l'arrêté et demandé surtout que l'on rembourse la perte en capital de toutes les personnes qui ont un véhicule ancien et que ne sauront plus qu'en faire puisqu'elles ne peuvent pas rouler, indique Daniel Quero, son président. Il faut donc rembourser le capital perdu".

Maxime Ricard avec Juliette Denoyelle