RMC

Trois militaires tués "accidentellement" en Guyane

RMC
Le parquet de Cayenne invoque "une cause accidentelle" pour expliquer ces trois décès sans plus de précision.

Trois militaires engagés dans une opération Harpie de lutte contre l'orpaillage illégal dans une zone isolée du sud-ouest guyanais y ont trouvé la mort "mercredi" en cours de journée.

Le parquet de Cayenne invoque "une cause accidentelle" pour expliquer ces trois décès sans plus de précision. "Les difficultés de communication avec le terrain ne me permettent pas, en l'état, d'avoir le moindre détail sur les évènements", a déclaré mercredi soir le procureur adjoint de Cayenne, Jean-Claude Belot.

Dans un communiqué, la ministre des Armées, Florence Parly a indiqué que "les militaires s'apprêtaient à disposer des charges explosives pour détruire les installations souterraines des orpailleurs, huit d'entre-eux ont été victimes d'émanations toxiques au fond d'une galerie. Immédiatement évacués et pris en charge par les premiers secours, trois militaires sont décédés", a-t-elle précisé dans le communiqué."Les cinq autres ont été évacués à Cayenne où ils ont été hospitalisés. L'un d'entre eux est dans un état grave", ajoute le texte.

La zone du drame est une zone isolée en forêt du secteur "Saint-Jean/Abounami", selon le parquet, sans voie terrestre vers le littoral et sans réseau téléphonique.

Le secteur de l'opération Harpie qui a tourné au drame se situe au sein du Parc amazonien de Guyane, vaste espace protégé, dont les chiffres relatifs aux sites aurifères illégaux demeurent toujours très élevés.

La rédaction de RMC (avec AFP)