RMC

Ulcérés par l'état des sépultures militaires, ils boycottent la cérémonie du 11 novembre

Extrait d'une vidéo amateur du cimetière de Montdidier, en 2012.

Extrait d'une vidéo amateur du cimetière de Montdidier, en 2012. - Dailymotion - GNR 3945

Des anciens combattants ont décidé de boycotter la cérémonie du 11 novembre, ce samedi à la nécropole de Montdidier, dans la Somme. Ils protestent ainsi contre l'état de délabrement de ce cimetière militaire de la guerre de 14-18. RMC.fr a joint l'un d'entre eux.

Gérard Karolczak, président de la section locale du Souvenir français.

"Quand vous voyez le cimetière, il est dans un état de délabrement… C'est vraiment triste et honteux. C'est un manque total de respect à nos morts. Les croix sont cassées, jonchent le sol. Certaines plaques d'indentification sont arrachées et ont été rafistolées avec du fil de fer. Beaucoup de croix son cassées, le béton a éclaté. Le cimetière a été construit en 1924, donc forcément il vieillit. Mais il faut l'entretenir.

J'ai tiré le signal d'alarme dès 2008, sauf que là c'est trop tard, il faut tout démonter et refaire à neuf. On me le promet depuis 2009, mais à chaque fois on me répond qu'il n'y a pas d'argent. Remettre en état le cimetière coûterait 900.00 euros. On aurait pu éviter de débourser une telle somme si on avait fait un entretien régulier.

"Un manque total de respect à nos morts"

Donc nous sommes en colère, nous anciens combattants. Trop, c'est trop. D'autant que nous sommes aux portes de 2018 et que nous entrons dans la dernière phase du centenaire de la Grande Guerre. Les alliés ont tous des cimetières et nécropoles en parfaite état, parce qu'elles sont entretenues. Dans le département de la Somme et de l'Oise voisine, tous les cimetières, mêmes le plus petits, sont entretenus. Tous, sauf la nécropole de Montdidier!

Nous, au Souvenir français, nous n'avons pas autorité sur les cimetières militaires, tout comme la ville de Montdidier. C'est l'Office national des anciens combattants qui doit entretenir ce cimetière. Mais on peut nous sortir toutes les excuses que l'on veut, pour moi, c'est de l'irrespect. Je suis un ancien militaire, et on nous a toujours parlé du respect de nos grands anciens, sauf qu'au niveau des pouvoirs publics, ça n'avance pas."

Propos recueillis par Philippe Gril