RMC

Une famille monoparentale tombe bien plus vite dans la précarité qu'un couple marié

Isolement, difficultés financières, être parent célibataire est parfois une épreuve. Pour rompre la solitude et trouver du soutien, un réseau d'entraide pour les familles monoparentales va être inaugurée aujourd'hui par la ministre des Familles Laurence Rossignol.

Il veut s'adresser aux parents isolés en recensant et en "labellisant" les associations et actions existantes pour les familles monoparentales et "générer des initiatives" locales.

RMC s'est rendue à l'association Les Fourmilles argentées à Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne qui fait partie de ce réseau d'entraide. Julie s'y rend régulièrement. Il y a quelques mois, elle s'est retrouvée seule avec ses deux enfants de 1 et 4 ans. Une situation de parent isolé difficile à assumer: "A un moment, on est dépassé, parce que c'est beaucoup de charge émotionnelle et financière, des dépenses assez importantes. Ce sentiment d'isolement qu'on peut vite avoir et de dépassement qu'on a quand on a des enfants à charge aussi petits".

"Quand elles ressortent, elles sont regonflées à bloc"

Alors dès que possible, la jeune maman vient à l'association, où elle retrouve confiance. Grâce notamment à Sylvie, la coiffeuse bénévole: "Elles n'ont pas le temps de s'occuper d'elles, et puis elles n'ont pas l'argent. Quand elles ressortent, elles sont regonflées à bloc".

Un avocat propose aussi ses services pour accompagner ces parents isolés dans toutes leurs démarches. Une entraide essentielle selon Béatrice Henry, présidente des Fourmilles argentées: "Une famille monoparentale tombe bien plus vite dans la précarité qu'un couple marié. Il faut que l'Etat prenne en considération qu'une famille monoparentale, c'est un salaire, et un salaire précaire".

Aujourd'hui, 17 parents isolés sont membres de l'association, qui les accueille pour l'instant chaque dimanche.

P.B. avec Anaïs Bouitcha