RMC

Vol à l'étalage: vers plus de pouvoir pour les agents de sécurité?

Face aux vols à l'étalage, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) souhaite qu'une infraction spécifique de "vol à l'étalage" soit créée dans le code pénal, pour éviter des procédures judiciaire trop longues et souvent infructueuses.

Les vols à l'étalage sont monnaie courante pour les commerçants. Christophe Castaner recevait mercredi la Confédération des petites et moyennes entreprises.

Elle revendique qu'une infraction spécifique de "vol à l'étalage" soit créé dans le code pénal, pour éviter des procédures judiciaire trop longues et souvent infructueuses. Et souhaite aussi permettre aux agents de sécurité de verbaliser et que leur témoignage prévale sur celui de l'auteur présumé d'une infraction.

Dans le magasin de Bernard Vendendris dans le 15e arrondissement de Paris, il y a de vieux portiques avec alarmes. Mais aujourd'hui, les voleurs ont beaucoup de méthodes pour les contourner, alors Bernard s'est mieux équipé. Deux caméras dont les images arrivent sur des écrans en sous-sol.

"Quand nous déposons des plaintes, elles restent généralement sans suite"

Ce patron de magasin de vêtement a pris les devants, mais il a bien conscience que c'est illusoire. Le vol à l'étalage fait partie de l'activité:

"C'est la règle du jeu. On sait bien que dans tous les commerces, il y a une 'démarque inconnue' qui représente 1% de notre chiffre d'affaires. On est obligés de l'accepter. Quand nous déposons des plaintes, elles restent généralement sans suite".

Alors la Confédération des petites et moyennes entreprises, souhaiterait donner plus de pouvoir aux agents privés de sécurité. Une bonne idée pour Daniel Peltier, agent de sécurité, membre du syndicat CFTC:

"Aujourd'hui, quelqu'un que l'on prendrait en flagrant délit pourrait très bien dire que nous avons mis l'article dans sa poche. Notre parole ne vaut pas plus que la personne qui entre dans un magasin. On est juste là pour faire du préventif".

Sachant que ces agents de sécurité ne peuvent pas être déployés partout, le coup d'un tel dispositif est rédhibitoire pour la grande majorité des commerces.

Thomas Chupin