RMC

Yvelines: un homme se rend aux gendarmes pour le meurtre de sa petite amie

RMC
L'homme, né en 1991, s'est dénoncé aux gendarmes de Saint-Rémy-lès-Chevreuse.

Une trentenaire a été retrouvée morte étranglée chez elle samedi à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines) et son petit ami s'est spontanément dénoncé auprès des gendarmes.

L'homme, né en 1991, s'est présenté samedi en fin d'après-midi aux gendarmes en disant avoir "tué sa petite amie" et a aussitôt été placé en garde à vue pour "homicide par conjoint". Le médecin légiste dépêché sur place a confirmé un décès par strangulation. Mais une autopsie devra confirmer les causes de la mort, selon la même source.

Les faits se sont produits au domicile de la jeune femme, elle aussi d'origine roumaine, une personne "sans histoire et sans antécédents de violences conjugales", née en 1988 et arrivée en France en 2015, a précisé le parquet. 

Le mobile restait à ce stade "peu clair". Un "différend, vraisemblablement une histoire de couple", serait à l'origine du drame qui s'est déroulé tôt samedi matin après que le couple, qui cohabitait dans le logement loué par la jeune femme, eut passé la nuit ensemble.

75ème féminicide

L'homme auditionné par les gendarmes s'est jusque là montré "peu prolixe", a ajouté le parquet. Son alcootest s'est révélé négatif quand il s'est rendu aux gendarmes.

Le couple se serait plusieurs fois séparé depuis 2016 avant de se remettre ensemble au printemps dernier. L'homme venait de revenir en France il y a quelques jours.

Tous deux étaient inconnus des services de police et de justice français, selon les premiers éléments de l'enquête.

La brigade de recherches de Rambouillet a été saisie de l'enquête, avec l'appui de la Section de recherches de Versailles. Le suspect devrait être déféré lundi en fin de journée.

Ce décès porte à 75 le nombre de femmes mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-conjoint depuis le 1er janvier, selon le collectif qui recense sur la page Facebook "Féminicides par compagnon ou ex" ces meurtres de femmes.

La rédaction de RMC (avec AFP)