RMC

Sophie Marceau contre les élevages de poules pondeuses: "Un supplice pour 33 millions d'animaux chaque année"

Sophie Marceau s’engage dans la lutte contre l’élevage de poules en batterie. Dans une vidéo de l'association L214, l’actrice, déjà connue pour la défense de la cause animale, décrit les images de l’association et lance un appel.

Alors que le projet de loi agriculture et alimentation est débattu à partir de demain par les députés, l'association L214 veut interpeller les parlementaires sur la question du bien-être animal.

La dernière vidéo, tournée en caméra cachée dans un élevage des Côtes-d'Armor est, cette fois, commentée par l'actrice Sophie Marceau. Sur les images tournées par l'association, et que RMC vous dévoilait la semaine passée, on découvre des dizaines de milliers de poules qui s'entassent dans des cages en métal. Les animaux sont décharnés, peuvent à peine bouger. De nombreuses poules sont déjà mortes, certaines en état de décomposition. 

Sophie Marceau, face caméra, s'adresse aux Français: "Ces oiseaux n’auront jamais connu le ciel, le soleil, ni même l’herbe. Seulement le contact dur et inconfortable du sol grillagé de leur cage. Dans ces cages surpeuplées, les poules sont privées de comportements essentiels comme explorer leur environnement, gratter le sol, étendre leurs ailes tout simplement", commente l'actrice.

Que prévoit le projet de loi dédié au bien-être animal?

Elle lance alors un appel aux députés: "Nous comptons sur vous pour mettre fin à ce supplice vécu chaque année par 33 millions de poules pondeuses". "90% des Français souhaitent cette interdiction" souligne la star. Le problème c'est qu'un seul article du projet de loi est dédié au bien-être animal. Un article quasiment vide, selon l'association L214. L'interdiction de l'élevage en cage ni est pas mentionné, tout comme la vidéosurveillance dans les abattoirs.

L'association appelle donc les députés à soutenir les amendements qui seront déposés pour mettre fin à l'élevage intensif et pour renforcer les contrôles. Deux points sur lesquels Emmanuel Macron s'était pourtant engagé la campagne présidentielle.

Juliette Droz & X.A