RMC

Tâches ménagères: l'égalité homme-femme, "c'est peine perdue avec mon mari"

L'association organisait des cours de repassage pour les hommes réfractaires. (Photo d'illustration)

L'association organisait des cours de repassage pour les hommes réfractaires. (Photo d'illustration) - redjar - Flickr - CC

TEMOIGNAGES - Selon une étude du Crédoc publiée en début de mois, les hommes sont toujours très réticents à prendre part au ménage et à la cuisine. A l'occasion de la Fête des mères, l'association zéro-macho organisait samedi après-midi dans neuf villes de France des cours de repassage pour les hommes réfractaires. RMC s'est rendue place de République à Paris, voir ces messieurs en plein apprentissage.

A l'occasion de ce week-end de Fête des mères, l'association zéro-macho organisait samedi après-midi dans neuf villes de France des cours de repassage pour les hommes réfractaires au maniement du fer.

A Paris, Lyon, Marseille, Orléans, Nice, Bordeaux Rennes, Besançon, des tables à repasser avaient été installées sur le trottoir avec quelques kilos de linge à repasser.

91% des hommes en ménage ne repassent pas

Une façon de militer pour une meilleure répartition des tâches ménagère. Et le chemin est long, très long. Selon une étude du Crédoc publiée en début de mois, les hommes sont toujours très réticents à prendre part au ménage et à la cuisine.

Près de 91% de la gente masculine qui vit en couple avoue ne pas repasser, 60% ne pas faire le ménage, ni la vaisselle et 50% ne pas faire la cuisine.

"J'ai un peu de retard à rattraper"

Alors derrière des banderoles, "homme, ne te froisse pas repasse", ou "pour l'égalité on repassera," les membres de zéro-macho avaient déplié quelques tables à repasser. RMC s'est rendue place de République à Paris, voir ces messieurs en plein apprentissage.

Yann, la trentaine, s'applique: la taie d'oreiller sera sans un pli.

"J'apprends, j'ai un peu de retard à rattraper, avoue-t-il, au micro de RMC. Je ne le fais pas suffisamment chez moi. J'ai la flemme, je trouve un prétexte pour ne pas le faire. Mais je vais m'amender!"

"C'est quelque-chose cette génération!"

Une démarche qui n'est pas sans surprendre Roger et Andrée. D'ailleurs qui manie le fer à la maison?

- "C'est moi qui repasse", s'exclame Andrée, hilare.
- " Et qui c'est qui repeint le plafond, c'est moi!", rétorque Roger.

Mais Andrée, a-t-elle tenté de convertir son mari?

"C'est peine perdue avec celui que j'ai, poursuit-elle. Parce que c'est quelque-chose, cette génération! Vous vous rendez compte, 80 et 84 ans, on ne peut pas penser comme vous!"

"Il y a eu un peu d'amélioration, mais c'est très faible"

Pas si sûr, à en croire Alain Eludu, membre de Zéro-macho, association à l'initiative des cours de repassage.

"C'est vrai qu'il y a eu un peu d'amélioration, mais c'est vraiment très faible. D'après l'Insee, en 2010, il y avait encore 1h30 d'écart par jour entre les tâches faites par les femmes et les tâches faites par les hommes".

C'est à dire que 70% des tâches ménagères sont encore assurées, en 2015, par les femmes.

C. P. avec Claire Checcaglini