RMC

Chargeur unique pour les smartphones: ce qui va changer

Un accord a été trouvé mardi entre Etats membres de l'UE et eurodéputés: l'Europe imposera à partir de 2024 un chargeur filaire universel pour les smartphones, tablettes, consoles et appareils photo numériques, alors qu'Apple qui s'y opposait.

Les fabricants de smartphones ont jusqu’à l’automne 2024 pour se conformer à la nouvelle réglementation, qui imposera un chargeur unique pour tous. A cette date, smartphones mais aussi tablettes, liseuses, casques et écouteurs, consoles portables, enceintes, devront être équipés du même type de chargeur et de la même connectique.

Dans les faits, c’est déjà largement le cas et on a bien évolué depuis le début du projet, en 2009, quand chaque marque avait son chargeur, soit 30 au total. Aujourd’hui, la plupart des appareils électroniques se rechargent déjà avec ce qu’on appelle un câble USB-C, qu’on reconnaît à sa forme arrondie et au fait qu’on peut le brancher dans les deux sens. Mais il y a une exception, et elle est assez notable puisqu’il s’agit d’Apple, qui a sa propre technologie, les câbles appelés "lightning", avec des petites broches dessus. Une technologie qu’il a développée tout seul de son côté et à laquelle il tient beaucoup.

Apple se battait becs et ongles contre cette nouvelle réglementation qui va le mettre au pied du mur: concrètement, pour continuer de vendre ses iPhone en Europe, il va être obligé de s’adapter, de changer ses téléphones. Pas juste ajouter un adaptateur, ça ne suffira pas. Il va devoir ajouter un port USB-C, c’est déjà le cas sur les iPads et les MacBooks. Si c’est le cas, l’Europe aura fait plier Apple en l’obligeant à modifier un de ses produits, ce qui serait une première.

Autre point intéressant: cette réglementation prévoit que la vitesse de charge soit harmonisée. Vous avez aujourd’hui des marques qui proposent des chargeurs ultra-rapides, avec les meilleurs smartphones qui se rechargent en une demi-heure. Mais dès que vous l’utilisez avec un téléphone d’une autre marque, il est bridé et le chargement est beaucoup plus lent. Ce bridage sera désormais interdit, on pourra charger à la vitesse max en toutes circonstances.

Plus de simplicité et des économies

Qu'est-ce que ça change pour le consommateur? Plusieurs choses: selon les auteurs de la législation, d’abord c’est plus de simplicité pour les consommateurs et surtout faire des économies: on pourra choisir d’acheter un appareil électronique avec ou sans chargeur (et en général, on en a déjà plein les tiroirs). Une économie estimée à 250 millions d’euros par an.

Mais aussi une limitation de la pollution puisque les chargeurs jetés et inutilisés représentent environ 11.000 tonnes de déchets électroniques par an. Et ça pourrait n’être qu’un début puisque l’Europe veut aussi, toujours pour limiter les déchets, forcer les fabricants de smartphones à revenir à la batterie amovible, qu’on peut facilement enlever et remplacer. A une époque, c’était comme un Lego. Aujourd’hui vous avez intérêt à avoir des instruments et une dextérité de chirurgien avant de vous risquer à bricoler votre téléphone.

Bientôt la fin des chargeurs?

Les chargeurs invisibles, c'est pour quand ? L’idéal, si on veut vraiment éviter la pollution, ce serait quand même de se débarrasser complètement des chargeurs et on y arrivera peut-être un jour. Si on arrive à faire en sorte que le chargement par induction devienne beaucoup plus efficace qu’aujourd’hui.

L’idéal serait une maison ou un bureau où on pourrait poser son téléphone sur un meuble, une table basse, l’accoudoir du canapé, et qu'il se mette à recharger automatiquement. Certains fabricants vont même plus loin avec des systèmes de recharge sans fil à distance. Où que je pose mon téléphone, il va être visé par des ondes millimétriques qui vont le charger, où qu’il se trouve dans un rayon de 100m2. Une sorte de wifi du chargement !

C’est une sorte de graal pour les fabricants d’électronique. Le problème, c’est qu’on perd forcément en efficacité par rapport à du filaire: dès qu’on met de la distance entre un chargeur et l’objet qu’on doit charger, on perd en efficacité. Certains travaillent aussi sur des smartphones solaires par exemple. Des pistes de recherche intéressantes, mais on va devoir encore attendre quelques années avant de remiser définitivement tous nos câbles au grenier.

Anthony Morel (édité par J.A.)