RMC

Comment fonctionnent les correcteurs orthographiques des smartphones (et pourquoi il nous font parfois dire n'importe quoi)

Il est capable, alors que vous avez tapé "merci pour le week-end dernier" de remplacer votre SMS par "merci pour le week-end dégueu". Encore un sale coup du correcteur orthographique. Pourquoi fait-il ça?

La majorité du temps, le logiciel d'écriture prédictive des smartphone corrige les fautes dans les textos. Il remplace le mot avec une coquille, suggère des mots à partir des premières lettres qu'on tape, pour faire gagner du temps. Mais on retient surtout quand il a remplacé "J'ai touché mon smic" par "j'ai touché mon slip". Comment fonctionne-t-il?

Apple est discret sur la cuisine interne du correcteur de l'iPhone. Il se baserait sur "vos saisies antérieures et votre style d’écriture". Les développeurs du T9, la technologie déjà présente sur le 3310 de Nokia pour écrire grâce aux touches numérotés, devenu depuis un logiciel d'écriture prédictive, sont un peu plus bavards. Le T9 retient les derniers mots utilisés et ceux qu'on tape souvent, racontait l'un d'eux à Slate. Il définit aussi notre style d'écriture de SMS, en fonction par exemple, de si on écrit plutôt "mdr" ou "ha ha ha". Toutes ces données personnalise le dictionnaire de base de chaque smartphone.

Et la confidentialité?

En principe, la confidentialité interdit à ces logiciels d'enregistrer nos messages et à qui on les envoie. Ainsi, le développeur de T9 expliquait qu'il utilise des méthodes détournées mieux nous cerner sans trop entrer dans notre intimité. Par exemple, le logiciel retient lorsqu'on recorrige un mot qu'il avait remplacé. On écrit "mi amor", il remplace par "mi amortisseur", on rechange: il s'en souvient et ne le fera plus.

Certains développeurs expliquent que ces politiques de confidentialité empêchent l'écriture intuitive de mieux noux comprendre. En ayant accès au contexte de nos échanges, elle saurait qu'en tapant "merge", on voulait parler de "merle" dans cet arbre ou de "marge" à notre comptable. Si le mot était plutôt une vulgarité, il ne la corrigera pas forcément, mais il ne proposera jamais d'injures sous la barre de texte. C'est assumé: "On sait qu'on peut mettre des mots dans la bouche des gens, et on y fait justement très attentioné, souligne l'expert du T9.

Nina Godart