RMC

En Chine, des stylos mouchards et des caméras pour surveiller les élèves

Certaines écoles en Chine ont distribué des stylos connectés. Un outil qui sert à surveiller les élèves pendant leurs devoirs. Une surveillance des élèves de plus en plus généralisée dans le pays.

La salle de classe du futur se trouve en Chine, et ça ne fait pas forcément rêver. Dans la trousse, des stylos connectés permettent de surveiller en temps réel la façon dont les élèves font leurs devoirs. Ces stylos mouchards ont été distribués dans certaines classes de primaire pour surveiller à distance ce que font les élèves.

Équipé de capteurs et d’une mini caméra, il permet, quand l’élève l’utilise, que ce soit en classe ou à la maison, d'enregistrer l’écriture manuscrite en temps réel. Le prof reçoit alors une alerte et il peut voir à distance, comme s’il était au-dessus de son épaule, ce qu’écrit l’élève, combien de temps il passe sur chaque question – et à faire ses devoirs - mais aussi la qualité de son écriture.

Un usage détourné du stylo connecté

Ces stylos ont été distribués juste avant les vacances... pour surveiller les devoirs de vacances. L’outil à proprement parler n’est pas mauvais: les stylos connectés existent depuis un moment et ils sont très pratiques. Cela permet de garder une trace de ses notes manuscrites, de les trier, de les envoyer à un collègue ou un copain de classe, mais aussi de télécharger les devoirs à distance pour les corriger. Mais là évidemment on détourne l’usage premier à des fins de surveillance pure et de manière assumée par le ministère de l’Éducation:

"Les enseignants doivent encourager l’utilisation scientifique d’outils informatiques pour l’analyse et le diagnostic des devoirs", explique-t-il.

Selon la presse chinoise, de nombreuses écoles primaires seraient équipées de ces stylos mouchards. Non sans faire polémique: le Quotidien du peuple, le principal organe de propagande officiel du Comité central du Parti communiste chinois, se demande lui-même si la surveillance ne va pas trop loin.

>>> Retrouvez toutes les chroniques d'Anthony Morel sur le site et l'appli RMC

La surveillance des élèves, sport national

En Chine, la surveillance des élèves, c’est presque un sport national. Cela ne s’arrête pas aux stylos. En Chine, une partie de la classe moyenne est prête à dépenser beaucoup d’argent pour l’éducation de ses enfants et n’a pas forcément le même rapport à la surveillance et à ce qui relève de l’intrusion que les occidentaux.

Il y a quelques mois, la Chine a connu un gros succès commercial pour une lampe de bureau connectée qui surveille les enfants pendant qu’ils font leurs devoirs. Lancée par ByteDance, la maison mère de TikTok, cette lampe, elle très particulière puisqu’elle permet de surveiller ses enfants en temps réel pendant qu’ils font leurs devoirs. Elle est équipée de deux caméras, à l’avant et au sommet de l’appareil qui se connectent à distance au smartphone des parents.

En ouvrant une application, ils peuvent voir le visage studieux –ou pas- de leur enfant qui est assis –ou pas- à son bureau. Grâce à la deuxième caméra qui surplombe le cahier et les livres, ils peuvent surveiller à distance ce qui est écrit. Une intelligence artificielle intégrée permet aussi d’analyser ce qui est écrit et d’aider l’enfant avec des problèmes de vocabulaire ou de mathématiques.

Un écran intégré à la lampe permet aussi de discuter en visioconférence avec les parents ou avec un tuteur. Ça c’est la version "de base", vendue une centaine d’euros. Une version un peu plus chère permet même d’envoyer des alertes quand l’enfant est avachi et commence à somnoler. Depuis sa sortie, les ventes explosent.

Des classes équipées de caméras

Il y a aussi un recours massif à l’intelligence artificielle, qui est aussi un outil de surveillance redoutable. Certaines classes sont même équipées de caméras qui détectent en temps réel les mauvais élèves. Des caméras équipées de logiciels très performants qui vont filmer et analyser tout ce qui se passe pendant les cours. Rien n’échappe à cet œil numérique.

D’abord, plus besoin de faire l’appel, les caméras savent immédiatement qui est présent et qui est absent, qui lève la main et qui somnole. Surtout, ces systèmes de reconnaissance faciale vont analyser les traits du visage des écoliers pendant que le professeur parle et à partir de ça, on va être capable de déceler son état émotionnel: le bonheur, la surprise, l’énervement.

Surtout, elle va voir qui est concentré et qui a l’esprit ailleurs. En général quand votre esprit papillonne, votre visage vous trahit. Chaque élève a un "score d’attention", que le professeur peut consulter en temps réel sur un grand tableau numérique et l’élève qui bulle est immédiatement sanctionné par une mauvaise note. Notons que ce système est aussi conçu pour évaluer les profs et leurs qualités pédagogiques: si la moitié de la classe est inattentive, c’est peut-être qu’il ne sait pas tenir ses élèves.

Anthony Morel (avec MM)