RMC

Énergie: la rue éclairée par les pas des piétons, une solution d'avenir?

L'énergie dégagée par les pas des piétons pourrait-elle permettre de fournir de l'électricité? Plusieurs expériences sont en cours et semblent être concluantes. C'est dans les lieux où se concentrent des centaines de personnes que cela pourrait être le plus intéressant, comme les boîtes de nuit ou les stades de foot.

Les prix de l'énergie ne font qu'augmenter et chacun cherche des solutions. L'une d'elles pourrait se trouver dans le corps humain.

En effet, l'énergie dégagée par les milliers de passants dans la rue ou dans d'autres lieux pourrait servir à produire de l'électricité. Plusieurs expériences de ce type sont conduites dans plusieurs pays et elles semblent être concluantes.

Une entreprise britannique nommée "Pavegen" est spécialiste en la matière. Elle a mis au point des dalles podoélectriques, qui transforment l'énergie cinétique (dégagée par les mouvements) des passants en énergie électrique.

Ça fonctionne à Saint-Omer

Montées sur des petits ressorts, chaque fois que quelqu'un monte dessus, cela dégage de l'énergie. Dans chaque dalle, des batteries vont stocker l'énergie dégagée pendant la journée pour l'utiliser la nuit.

À Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, une quinzaine de dalles ont été installées sur le parvis de la gare, depuis 2014. Environ 5.000 personnes passent dessus chaque jour: cela permet d'alimenter les lampadaires autour de la gare, des panneaux d’affichages électroniques ou encore des prises qui permettent de recharger les appareils électroniques.

Alors que les municipalités ont du mal à payer les factures, c'est une bonne solution. En plus, comme les dalles sont intelligentes, elles vont adapter la luminosité en fonction du trafic. Quand il n'y a personne, l'éclairage peut être baissé.

Une dalle coûte environ 400 euros

Pour se doter de ces dalles, il faut quand même investir une somme importante, environ 400 euros l'unité. L'idée n'est pas d'en mettre partout, mais sur les espaces où il y a le plus de monde.

L'entreprise Pavegen a, notamment, équipé deux terrains de foot, au Brésil et au Nigeria. Pour le moment, cela est utilisé dans des pays où l'alimentation électrique est aléatoire, pour illuminer les terrains. La même chose a été installée dans une boîte de nuit aux Pays-Bas, le "sustainable dance club". L'énergie dégagée par les pas des danseurs est utilisée pour alimenter les éclairages.

C'est tellement simple qu'il est aisé de se demander pourquoi cela n'a pas existé plus tôt. Plutôt que de courir ou de pédaler dans le vide, autant que cela permette en plus de créer de l'électricité.

Bientôt du parquet connecté dans la maison?

Aux États-Unis, des salles de sport sont équipées de vélos et de rameurs spéciaux, crées par l'entreprise "Green Revolution". Des capteurs ont été placés sur les équipements et permettent d'alimenter les bâtiments.

Cette petite révolution pourrait même arriver dans les habitations. Des chercheurs suisses de l’École Polytechnique de Zurich travaillent sur un parquet connecté, qui répondrait au même principe. Chaque pression sur le sol permettrait de produire 0,69 volt. Cela ne permettra pas de payer entièrement sa facture avec cela, mais c'est toujours une économie d'énergie.

AB avec Anthony Morel