RMC

Les prix n'ont jamais été aussi hauts: l'ouverture du marché de l'électricité à la concurrence, un échec?

DUPIN QUOTIDIEN - L'ouverture du marché de l'électricité à la concurrence est-elle un échec? C'est en tous cas ce qu'affirme une association de consommateurs qui dénonce le fait que les prix de l'électricité n'ont jamais été aussi élevés.

Cette association, la CLCV, demande la fin de la libéralisation du marché de l'électricité. Pourtant on ne peut pas dire que ce soit une association opposée à la concurrence, au contraire elle y est par exemple favorable pour le gaz. Mais pour l'électricité dit-elle la situation est différente. Pourquoi? Parce la quasi-totalité de l’électricité en France reste produite par le parc nucléaire et hydraulique d'EDF.

Les concurrents d'EDF type Engie ou Total ne produisent quasiment rien eux-mêmes. Donc ils sont obligés d'acheter leur électricité à EDF, ou sur le marché de gros où l'électricité est encore plus chère. Résultat la libéralisation n'a pas du tout permis de faire baisser la facture des consommateurs.

Les tarifs réglementés augmentent régulièrement pour pouvoir maintenir la concurrence !

On se retrouve dans une situation totalement ubuesque où les tarifs réglementés augmentent régulièrement pour pouvoir maintenir la concurrence. C'est à dire que pour que les fournisseurs alternatifs restent concurrentiels on oblige EDF à augmenter ses tarifs. Et encore les alternatifs ne sont pas très concurrentiels puisqu'ils n'ont pas vraiment de marge de manoeuvre. Ils proposent des offres 5/6% moins chères mais pas beaucoup plus.

Quelle solution pour qu'il y ait une vraie concurrence?

Pour la CLCV il ne peut pas y avoir de concurrence face à un acteur comme EDF qui produit autant d'électricité à bas prix. Il faut donc tout simplement arrêter de vendre de l'électricité à des prix avantageux aux fournisseurs alternatifs. Leur couper le robinet, ce qui de fait remettrait EDF en situation de monopole. Ca mettrait fin aussi au démarchage agressif en matière d'électricité, démarchage très fréquemment dénoncé par le médiateur de l'énergie.

Evidemment si la CLCV met le sujet sur la table aujourd'hui ce n'est pas sans raison c'est parce qu'il y a des négociations en cours en ce moment entre la France et la Commission Européenne à propos d'une réforme du nucléaire français. L'avenir d'EDF et le montant de nos futures factures d'électricité se jouent donc en ce moment. Les discussions pourraient aboutir à la fin du mois de mars.

Marie Dupin (avec J.A.)