RMC

Télédéclaration obligatoire des impôts: "On n'a pas à nous imposer des choses aussi sérieuses"

Dans le cadre de son projet de loi de Finances 2016, le gouvernement souhaite rendre obligatoire la télédéclaration de l’impôt sur le revenu pour tous les foyers connectés. Une mesure pas forcément très bien accueillie par les contribuables.

Si vous préférez déclarer vos revenus sur papier, il va peut-être falloir faire évoluer vos habitudes. Si à l'heure actuelle, moins de la moitié des Français (40%) font leur déclaration en ligne, le projet de loi de Finances 2016, présenté ce mercredi, veut généraliser cette pratique qui devrait être mise à exécution en deux temps. Tout d’abord, les foyers concernés seront ceux qui déclarent plus de 50.000 euros par an. Selon les réactions et l’efficacité de la méthode, la loi s’étendra ou non à toutes les tranches fiscales dès 2017. Mais cette mesure est loin de faire l'unanimité chez les contribuables.

C'est le cas par exemple de Bernard, 70 ans, qui, même s'il possède une connexion internet, est adepte de la déclaration papier. Il s'en explique: "On n'est pas habitué à l'ordinateur et tout ça… Il faut s'y faire. J'essaye mais ce n'est pas évident… Mais aussi je n'ai pas confiance de tout faire sur ordinateur. Quand je vois tous ces piratages, je n'ai pas confiance. Je suis à la vieille méthode: je fais ma déclaration sur papier et je vais l'apporter aux impôts".

"Il ne faut pas obliger les gens"

Monique, elle aussi, veut pouvoir continuer à avoir le choix entre une déclaration sur internet ou sur papier. "J'estime qu'on a le droit de faire ce que l'on veut, déclare-t-elle, assez remontée. Il ne faut pas obliger les gens. On n'a pas à nous imposer des choses aussi sérieuses. Ce n'est pas uniquement passer sa commande en ligne. Il s'agit de déclarer quelque chose de vraiment important et qui mérite l'attention et l'exactitude".

Pourtant, certains, comme Claude, sont prêts à changer leurs habitudes d'autant plus que le gouvernement envisage des pénalités de 15 euros pour les récalcitrants. "Je crois que c'est dans l'ère du temps. Nous sommes au XXIème siècle, il va falloir s'y mettre. Alors l'année prochaine, je vais la faire sur Internet si je ne veux pas payer 15 euros", confie-t-il.

"C'est dommage de brusquer les choses"

Vincent Drezet, du syndicat national unifié des impôts, est favorable à un changement de coutumes mais il estime regrettable de forcer les choses: "Le problème de cette mesure, c'est le caractère obligatoire assorti de sanction. C'est dommage de brusquer les choses. Il y a des personnes qui ne maîtrisent pas internet et d'autres qui veulent conserver le papier. Cette mesure pense donc d'abord économies avant de penser service public".

Car la généralisation de la déclaration en ligne permettrait de faire des économies considérables à l'Etat. En 2014, les frais de timbre ont par exemple coûté plus de 200 millions d’euros.

Maxime Ricard avec Marie Dupin