RMC

Travail le dimanche: pendant ce temps, à Londres…

A Londres, le travail le dimanche est généralisé

A Londres, le travail le dimanche est généralisé - SHAUN CURRY / AFP

Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron présente son projet de loi pour l’activité économique ce mercredi, en Conseil des ministres. Parmi les principales mesures : l'augmentation du nombre de jours où les magasins peuvent ouvrir le dimanche. Un débat qui n'existe plus au Royaume-Uni, comme l'a constaté RMC.

Si en France, la question du travail le dimanche divise, de l'autre côté de la Manche, il n'y a plus débat. Alors qu'Emmanuel Macron présente ce mercredi son projet de loi sur pour l’activité économique en Conseil des ministres, RMC s'est rendu à Londres afin de comparer les situations. Car en Angleterre, la loi autorise le travail le dimanche depuis 1994 avec le Sunday Trading Act. Et les employeurs ont le libre choix de faire travailler leur salariés tout comme ils ont le libre choix de les payer plus ou non ! Seules restrictions : les horaires d'ouverture ne doivent pas dépasser 6h pour les grosses enseignes. Les petites, elles, font ce qu'elles veulent.

Ainsi, les supermarchés, les boutiques et même les coiffeurs sont ouverts. Une situation qui réjouit Caroline, une Française de 27 ans, qui travaille dans un supermarché : "C'est en énorme avantage car je travaille six heures et je suis payée comme si j'en avais fait neuf". Mais plus que l'aspect économique, elle assure "que les gens ont envie d'aller en magasin, donc on ouvre". Si pour la plupart, c'est entré dans les mœurs, certains rechignent encore. C'est le cas de Tania, vendeuse de prêt-à-porter, qui "préférerait aller à l'Eglise plutôt que travailler" comme elle l'assure, en français dans le texte.

"Si tu veux travailler, c'est ton choix"

En revanche, Gloria, 43 ans, est propriétaire de quatre boutiques de souvenirs à Londres. Si au début, elle n'était pas très favorable au travail le dimanche, elle a vite changé d'avis comme l'explique à RMC. "On a commencé par ouvrir quelques boutiques le dimanche et on a vite constaté que ce jour-là il y avait énormément de gens dans les rues", déclare-t-elle. Elle assure même que "les samedis et les dimanches sont les meilleurs jours de la semaine". Dès lors, Gloria a mis sa religion de côté : "Aujourd'hui, ce n'est pas si important que cela. Tout dépend de ce que tu veux faire dans la vie. Si tu veux travailler, c'est ton choix" estime-t-elle.

Hélène, 29 ans, est Française. Elle est fleuriste dans le centre de Londres mais elle donne une autre explication au fait que la plupart des magasins soient ouverts le dimanche : le coût de la vie londonienne : "On n'a pas de vie. Les loyers sont chers, la vie est chère, c'est pour ça que les gens travaillent entre 45 et 50 heures par semaine. Ce n'est pas par plaisir…"

A noter que le projet de loi sur l’activité d'Emmanuel Macron veut augmenter le nombre de jours où les magasins peuvent ouvrir le dimanche. L’exécutif veut autoriser l’ouverture des magasins 12 dimanche par an. Le PS veut un statu quo à 5. Les négociations se poursuivent.

Maxime Ricard avec Pauline Baduel