RMC

Trois mois après les inondations, la verrerie de Biot rouvre "grâce à la solidarité"

Ravagée par les intempéries qui avaient frappé le sud-est de la France en octobre dernier, et qui avaient fait 20 morts, la verrerie de Biot, fleuron de notre artisanat, a repris son activité. Sa co-gérante, Anne Lechaczynski, a souligné ce mercredi chez Jean-Jacques Bourdin l'élan de solidarité qui a permis la remise en route de l'entreprise.

Comme un cœur qui se remet à battre. Moins de trois mois après les terribles intempéries qui ont ravagé le sud de la France, et qui avaient fait 20 morts, le four de la Verrerie de Biot, dans les Alpes-Maritimes, s'est rallumé et l'activité a repris ce lundi 28 décembre. Dans la nuit du 3 au 4 octobre dernier, les pluies diluviennes et les coulées de boue avaient complètement détruite la verrerie, qui emploie 32 personnes. Après plusieurs semaines de travaux intensifs, ce fleuron de l’artisanat français a pu recommencer son activité et rouvrir ses portes.

"Ça me manquait trop"

Aujourd'hui, dans l'atelier, la boue et les déchets ont laissé place à la chaleur incandescente des fours en fusion. Marc Berlie, verrier depuis 41 ans, est ravi de pouvoir à nouveau fabriquer du verre. "Pour moi, reprendre le travail comme ça, c'est super, se réjouit-il au micro d'RMC. Ça me manquait trop ! J'attendais ça avec impatience. Le jour de reprise tombait pendant un de mes jours de congés, mais je suis quand même venu car j'avais envie d'être parmi les premiers à reprendre".

Depuis les inondations, qui avaient détruites toutes les machines, plus aucune pièce n'avait été créée. Alors pour Serge Lechaczynski, le responsable de la verrerie, les premières productions sont le symbole d'une véritable renaissance. Ces nouvelles œuvres de verre, "c'est le symbole de la vie". "Le cœur de la verrerie s'est remis en route et je pense que cette semaine on va garder une pièce par jour, juste pour le souvenir".

"On est là, on est avec vous, que doit-on faire ?"

Remettre en état la verrerie en si peu de temps a été un défi incroyable, relevé grâce au travail de nettoyage et à la mobilisation de l'ensemble du personnel. Une solidarité soulignée ce mercredi chez Jean-Jacques Bourdin par Anne Lechaczynski, co-gérante général de la verrerie de Biot. "Il y a eu un élan de solidarité fantastique, d'abord de la part de nos employés qui sont venus dès le lendemain des inondations en nous disant : 'on est là, on est avec vous, que doit-on faire'?". Les salariés ont refusé d'être au chômage technique, préférant consacrer tout leur temps à la remise en état de leur entreprise.

Anne et Serge Lechaczynski ont également pu compter sur la mobilisation "des assureurs et de tous les artisans qui se sont donnés à fond à nos côtés". "Nos électriciens ont décalé leurs vacances pour rester sur place, avancer et ne pas nous laisser tomber", félicite-t-elle. "Si en coulisses, derrière certaines portes fermées, ce n'est pas encore ça", déclare Anne Lechaczynski, au moins aujourd'hui "ça sent la peinture et plus la boue".

P. Gril avec E. Messager et JJ. Bourdin