RMC

Vincent Lambert est mort

RMC
La famille de Vincent Lambert a annoncé à l'AFP qu'il était décédé ce jeudi matin à Reims alors qu'il était hospitalisé au CHU de Reims après un accident de voiture en 2008.

Victime d'un accident de la route en 2008, Vincent Lambert était maintenu artificiellement en vie depuis plus de dix ans. Son neveu François a finalement annoncé ce jeudi matin à 8h24 qu'il était décédé après la controverse judiciaire et médiatique concernant l'arrêt de ses traitements.

Ces soins ont définitivement été arrêtés le 2 juillet après des années de combat judiciaire mené par les parents de Vincent Lambert. Ils refusaient de le laisser mourir malgré le fait qu'il était dans un état végétatif et qu'il n'y avait aucune chance médicale qu'il retrouve ses capacités.

Une affaire qui a divisé une famille et l'opinion publique

Cette affaire a déchiré la famille de Vincent Lambert et divisé l'opinion publique sur la question de la fin de vie. Sa demi-soeur livrait un témoignage émouvant ce lundi sur RMC et expliquait qu'elle ne comprenait pas "l'acharnement" dont il faisait l'objet et assurait que, de son vivant, Vincent Lambert n'aurait pas voulu rester dans cet état-là.

"Ca n'a pas de sens de continuer. On s'acharne en fait. Ce n'est pas de l'euthanasie, c'est l'arrêt des traitements, c'est le constat qu'on ne peut pas faire mieux", justifiait-elle.

"Nous étions préparés à le laisser partir"

"Nous étions préparés à le laisser partir", a ajouté François Lambert ce jeudi à l'annonce de la mort de son oncle.

Mardi 2 juillet, le docteur Vincent Sanchez, chef de service de soins palliatifs du CHU de Reims, avait engagé un nouvel arrêt des traitements, effectif depuis le mercredi 3 au soir, de ce patient aujourd'hui âgé de 42 ans, rendu possible le 28 juin par la Cour de cassation. Outre l'arrêt de l'hydratation et de l'alimentation par sonde, le protocole médical prévoyait notamment une "sédation profonde et continue".