RMC

Hausse du nombre de morts sur les routes: "Ces tendances ne veulent rien dire"

Après trois mois d'accalmie, le nombre de morts sur les routes de France a bondi de 30,4% en septembre, avec 335 personnes tuées, faisant resurgir le spectre d'une troisième année consécutive de hausse. Des chiffres qui font vivement réagir Pierre Chasseray, délégué général de l'association "40 millions d'automobilistes".

Le mois de septembre a été marqué par une hausse inquiétante du nombre de morts sur les routes françaises. Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière, le taux de la mortalité a en effet bondi de 30,4%. Ce qui représente 335 personnes tuées, soit 78 de plus qu'en septembre 2015. Il s'agit de la hausse la plus importante depuis sept ans. L'ONISR souligne que le mois de septembre 2015 avait connu une baisse très forte du nombre de personnes tuées sur les routes (-17,4 %), "en partie en raison de conditions météorologiques très défavorables, marquées par de fortes pluies et inondations", qui limitent les déplacements.

"Personne aujourd'hui ne peut se glorifier d'avoir des hausses de la mortalité sur les routes", estime Pierre Chasseray, délégué général de l'association "40 millions d'automobilistes" ce jeudi dans 100% Bachelot sur RMC. Mais il ajoute, en colère: "Quand on regarde, la courbe du mois dernier, effectivement cela s'est relevé de 30% mais sur celle d'octobre, cela sera peut-être l'inverse. On est le seul pays européen à faire des statistiques mensuelles du nombre d'accidents. Pourquoi la France met toujours en place des modèles que les Européens ne veulent pas ? C'est parce que ces tendances ne veulent rien dire !"

Maxime Ricard avec Roselyne Bachelot