RMC

"Expliquez-nous": que pourrait changer le déclenchement du stade 3 ?

La France devrait passer au stade trois du dispositif de gestion de l’épidémie de coronavirus dans les prochains les jours. Mais que permet le stade 3 ?

Au stade un, on lutte contre l’arrivée du virus sur le territoire et on cherche à identifier tous les contaminés pour les isoler. C’est ce qui avait été très bien fait dans la station de ski des Contamines, où l’on avait parfaitement isolé un groupe de touristes anglais.

Au stade deux, on cherche à freiner la propagation. Nous y sommes depuis le 29 février. On identifie les zones de foyers d’infection et on prend les premières mesures. On a interdit les rassemblements de plus de 5000 personnes puis à partir du 8 mars les rassemblements de plus 1000 personnes. On a annulé des salons et des concerts, fait jouer des matchs de foot à huis clos. On a aussi fermé des écoles dans l’Oise, le Morbihan, le Haut-Rhin et désormais dans toute la Corse depuis mercredi, ainsi que dans 19 communes autour de Montpellier.

Que peut-on faire de plus au stade 3

En réalité, on ne peut pas faire grand-chose de plus, quand on regarde la longue liste des mesures possibles on s'aperçoit que plusieurs ont déjà été prises. Et ce ne sont que des mesures possibles. Aucune n’est automatique. 

La fermeture des écoles par exemple, c’est déjà fait dans plusieurs régions. Au stade trois on pourrait décider de la fermeture de toute les écoles de France. Mais ce n’est pas prévu pour le moment.

L’isolement des EPADH avec de strictes interdictions de visite est déjà décidé depuis mercredi. Le déclenchement du plan blanc dans les hôpitaux qui permet de rappeler du personnel a déjà été activé dans certains établissements.

L’appel à l’aide des médecins retraités ou des étudiants en médecine. C’est fait ! La réserve de santé est déjà en train de mobiliser les bonnes volontés. Il y a en France 40.000 médecins qui ont pris leur retraite depuis moins de 5 ans.

Bref le plan de “pandémie grippale”, c’est son nom prévoit la mobilisation de tous les services de l’Etat, autorise toute sorte de mesures, tout en soulignant qu’il ne faut pas impacter les services indispensables à la vie de la nation. C’est pour cela que les transports en commun doivent continuer à fonctionner. Et qu’on encourage les Français à continuer à travailler. Alors qu’en Italie la consigne est de rester à la maison.

La prise en charge des malades première impactée par le stade 3

Le stade 3 induirait un changement de stratégie dans la prise en charge des malades. Tout pour les malades et tout pour l'hôpital. On ne cherche plus à identifier tous les cas parce qu’il y en a trop. On arrête la surveillance individuelle par l’institut de veille sanitaire. On se concentre sur la prise en charge des malades et en priorité des malades les plus grave. Les plans blancs sont déclenchés aussi souvent que nécessaire. Les opérations non urgentes sont repoussées. Des salles de réveils peuvent être reconverties en salles de réanimations. On compte et on recense le matériel d’assistance respiratoire. 

Ceux qui ne souffre que d’une petite fièvre et d’une petite toux, ne doivent plus se rendre à l'hôpital. Ils doivent rester chez eux et entrer en contact avec leur médecin généraliste. Bref le stade trois, c’est le moment ou le système hospitalier français se prépare au pire et anticipe un possible afflux de malades. Mais à l’heure où l’on parle on n’y est pas. 105 malades du coronavirus sont en réanimation dans toute la France, pour 5000 places de lit disponibles.

Quid des autres pays européens ?

On a l’impression que chaque pays improvise, ou en tout cas, fait comme il l’entend. Les italiens, on le sait, ont pris les mesures les plus drastiques de confinement de tout le pays. Et les Italiens sont disciplinés. Les rues des grandes villes sont vides. L’impact sur l’économie sera tellement important qu’une mesure a été annoncée hier. Tous les italiens peuvent provisoirement cesser de payer les traites de leur crédit immobilier jusqu'à la fin de l’année ! Vous pouvez cesser de rembourser votre maison ! 

Sinon, la mesure la plus souvent annoncée ces derniers jours en Europe, c’est la fermeture de toutes les écoles au niveau national. Y compris par exemple en Grèce ou il n’y a aucun mort pour le moment. 

L'Espagne a annoncé mercredi la fermeture de toute les écoles de Madrid. Et du parlement parce qu’un député est malade. L’Espagne suspend aussi toutes les liaisons aériennes avec l’Italie. L’Autriche et la Slovénie ont presque fermé leur frontière avec l’Italie. L’Allemagne demande aux frontaliers français de rester chez eux. Voilà où l’on en est, en attendant les annonces d’Emmanuel Macron.

Nicolas Poincaré