RMC

Faut-il un fichier des locataires mauvais payeurs? "Les fraudeurs sont nombreux"

Les loyers impayés: une situation difficile à vivre pour les propriétaires, qui sont nombreux à demander un fichier de locataires récidivistes pour éviter les problèmes.

Deux frères ont tenté de se faire justice eux-mêmes à Montélimar, en découvrant que la locataire qu'ils venaient d'accepter dans leur logement était en fait une récidiviste du non-paiement des loyers. Voyant que le premier loyer de 600 euros n'était pas versé par la locataire, ils se sont renseignés auprès du propriétaire précédent. Ce dernier leur a confié qu'elle n'avait pas payé de loyer pendant un an.

Ils ont ainsi profité mercredi de l'absence de leur locataire pour dégager ses affaires et changer les serrures, comme le relate France Bleu Drôme Ardèche. Ils ont été placés en garde à vue, pour violation de domicile et dégradation de biens privés, avant d'être relâchés jeudi.

"J'ai eu un problème pendant deux ans et huit mois avant d'enlever un locataire qui nous causait des impayés"

Le problème des locataires mauvais payeurs n'est pas nouveau en France. Et le sujet a été évoqué dans Estelle Midi ce vendredi sur RMC. Certains estiment que les locataires sont trop protégés et se demandent s'il ne faudrait pas créer un fichier national des mauvais payeurs pour éviter ce genre de situations.

C'est le cas d'Adrian, auditeur RMC et commercial en Indre-et-Loire, qui se qualifie de "petit" propriétaire et témoigne d'une mésaventure qui lui a coûté cher.

"Ils peuvent vite nous mettre dans la panade. J'ai eu un problème pendant deux ans et huit mois avant d'enlever un locataire qui nous causait des impayés. J'ai un crédit, des assurances, des impôts, des frais de copropriété. C'est un investissement qui, au final, me coûte 2.000 euros par an. Si en plus, je dois mettre à ma charge des loyers impayés... Heureusement que j'ai pris une garantie loyer impayés, que je recommande."

"Les personnes insolvables, ne pas payer le loyer, c'est la dernière chose qu'elles envisagent"

Chroniqueuse dans Estelle Midi et militante associative, Fatima Benomar estime de son côté que c'est inacceptable et inhumain, témoignant de son expérience personnelle. "Si on est inscrit dans ce fichier, même temporairement, on est condamné à être à la rue", note-t-elle. 

"Les personnes insolvables, ne pas payer le loyer, c'est la dernière chose qu'elles envisagent car c'est un énorme stress pour ces personnes. Un jour, ça m'est arrivé, je ne pouvais plus payer. Du coup, je suis partie et je suis restée six mois à la rue, puis hébergée dans un squat six mois après, tellement on a honte. On ne peut pas résoudre cette situation en mettant ces personnes dans un fichier."

Arnaud Hacquart, directeur d'une agence immobilière spécialisée dans la location, trouve qu'il y a un entre-deux à trouver entre différents types d'impayés, si un fichier de ce type devait être créé pour faciliter la vie des propriétaires.

"Il y a des fraudeurs, croyez-moi ils sont nombreux, qu'il faut absolument exclure du marché car ils pénalisent tous les autres. Et il y a ceux qui ont un problème passager et il y a des solutions. Il faut réfléchir à un fichier de ce type mettre des vraies conditions pour être inscrit et désinscrit", selon lui.
J.A.