RMC

Sécurité routière: le combat de Pauline Déroulède fauchée par un conducteur nonagénaire

La jeune femme souhaite que les pouvoirs publics instaurent des tests d'aptitude à la conduite tout au long de la vie.

Pauline Déroulède veut transformer son drame en combat. En octobre 2018, celle-ci est stationnée à l'arrêt sur son scooter dans le XVe arrondissement de Paris. Un homme de 92 ans, au volant de sa voiture la heurte violemment. Il avait appuyé sur l'accélérateur au lieu du frein. La jambe de la jeune femme est arrachée par le choc.

Aujourd'hui membre de l'équipe de France de tennis en fauteuil, elle mène une campagne de sensibilisation pour la sécurité routière et milite pour l'instauration de visites médicales obligatoires pour conserver son permis de conduire.

"Il est dingue qu'en France, on puisse conduire toute sa vie sans contrôle", estime-t-elle. Mais la jeune femme sait que le sujet est sensible:

"On touche à la voiture qui est un sujet sacré en France et on n'a pas envie d'embêter les Français là-dessus. Cela implique aussi beaucoup d'acteurs, le corps médical, les auto écoles qui ont beaucoup d'outils pour tester les capacités de conduite. Le plus gros chantier est de trouver des alternatives pour une nouvelle mobilité. Que fait-on des gens qui ne sont plus capables de conduire, qu'est-ce qu'on leur propose?", a-t-elle expliqué ce lundi dans Estelle Midi.

Sujet si sensible que les responsables politiques qu'elle rencontre sont réticents à relayer son combat en haut lieu: "Les politiques que je vois sont tous favorables en off mais il y a un manque de courage politique de la part de chacun, il faut qu'il y ait un positionnement ferme là-dessus. Je pense que les Français sont prêts à accueillir une nouvelle mesure. On fait un contrôle technique des voitures, il faut un contrôle technique des conducteurs".

En attendant que son combat aboutisse, la jeune femme disputera la Coupe du monde de tennis fauteuil en équipes au Portugal.

P.B.