RMC

Un nouvel émoji "homme enceint": ridicule ou pas ?

Parmi les nouveaux émojis bientôt disponibles sur Apple, figure celui d’un "homme enceint". Une apparition jugée "ridicule" dans "Estelle Midi" ce mercredi sur RMC et RMC Story.

Ridicule ou pas, le nouvel émoji "homme enceint" sur Apple ? Ce sera l’un des petits caractères disponibles sur les Iphone notamment à la prochaine mise à jour. "C’est un peu ridicule, estime Thierry Moreau dans ‘Estelle Midi’ ce mercredi sur RMC et RMC Story. Ça favorise l’inclusion mais le problème, c’est que ça concerne une ultra-minorité. Il ne faut jamais oublier qu’Apple est une société américaine, qui donc a une démarche conforme à la culture américaine, qui est communautariste, qui engendre une surreprésentation des minorités. Je rappelle que les transgenres, c’est 0,2% des personnes de l’OCDE, 15.000 personnes en France. Apple veut être dans l’air du temps, dans la hype."

"Le débat est très bien posé: c’est ‘on a envie de parler à tout le monde’, explique Pierre Rondeau. Dans cette culture nord-américaine, on a envie de respecter et de parler à tout le monde, de mettre tout le monde en avant. Moi, de mon humble avis, c’est ridicule. Même si ça existe. Est-ce que lutter contre la discrimination contre les transgenres, c’est faire un émoji ?" Pour Estelle Denis, "c’est un symbole" et "c’est ça, l’inclusion", puisqu’"un homme qui porte un enfant, ça existe".

Mais pour Catherine Rambert, qui assure être "tout sauf anti-progressiste", "dire qu’un homme peut être enceint, c’est non". "C’est le piège, on est dans le camp des progressistes ou des réacs, et je trouve ça d’une absurdité sans nom, souligne cette dernière. Un homme enceint, génétiquement, ça n’existe pas. Vous faites une transformation. C’est terrible d’être catalogué de réac et d’anti-progressiste quand on dit ça. Parce que s’il y a quelqu’un qui a toujours soutenu le combat des transgenres, qui connait leur détresse… J’ai des amis qui ont vécu ce combat terrible et ce rejet, je le connais de près, c’est épouvantable. Il faut les soutenir, favoriser leur inclusion. Il n’y a pas de débat là-dessus. Mais je ne ferai pas cette mise à jour. Je ne veux pas rentrer dans cette doxa où on cautionne tout et n’importe quoi."

>> Tous les podcasts d'"Estelle Midi" sur RMC

"Une forme de colonisation intellectuelle de la théorie du genre"

Plus largement, pour l’essayiste Paul Melun, cette apparition d’un émoji "homme enceint" sur Apple est une forme de "propagande idéologique". "Je ne fais pas la police du dessin, assure l’auteur de ‘Enfants de la déconstruction’. Au nom du principe voltairien, je ne fais la police de rien du tout quand il s’agit de dessiner, de créer, de penser. Je n’irai pas me mettre en grève ou demander à ce qu’on bloque le pays parce qu’il y a un émoji d’homme enceint. Par contre, ce qui est intéressant, c’est de réfléchir à la raison pour laquelle c’est fait, à quel agenda politique ça répond. On observe une forme de colonisation intellectuelle, de propagande, des Nord-Américains, de la théorie du genre, qui utilise comme véhicule de propagande idéologique nos smartphones, nos réseaux sociaux… C’est un outil de soft power, comme on dirait en diplomatie."

"C’est la propagande de la théorie du genre, poursuit Paul Melun. C’est l’indifférenciation des sexes, c’est gommer le rapport hommes-femmes. C’est créer ce grand tout qui nous prépare, finalement, au transhumanisme que souhaite un certain nombre de personnes en Californie, de patrons de Gafa, de la Silicon Valley… Leur projet est assez clair et assez funeste. Plus d’hommes, plus de femmes, plus de différence physique, biologique, intellectuelle, culturelle… Je vais volontairement un peu vite parce que j’essaye de préparer à ce qu’il va se passer dans plusieurs décennies. Bien sûr, aujourd’hui, nous n’y sommes pas. Mais je pense que leur projet, c’est que nous y soyons d’ici 50, 100 ans. J’en veux pour preuve ces cliniques où on peut changer de sexe en étant mineur dans certains Etats. La réalité dépasse bien souvent la fiction. A moyen ou long terme, il n’y aura plus d’hommes et de femmes." 

LP