RMC

Affaire Penelope Fillon: "à sa place je dirais que je vais rendre l’argent, c'est la seule façon de s'en sortir"

Jeudi soir, l’émission de France 2 Envoyé spécial va diffuser un entretien de Penelope Fillon datant de 2007 dans lequel elle déclare "je n’ai jamais été l’assistante de mon mari ou quoi que ce soit de ce genre-là." Pour la Grande Gueule Pascal Perri, François Fillon doit prendre une initiative avant sa diffusion.

Est-ce le coup fatal? Jeudi soir, France 2 va diffuser une interview de Penelope Fillon donnée au journal anglais le Daily Telegraph en 2007. Dans ses déclarations, l’épouse du candidat à la présidentielle affirmait n’avoir "jamais été l’assistante" de son mari. Les Grandes Gueules se demandent si cette information n’est pas celle de trop pour François Fillon? Pour l’économiste Pascal Perri, il est déjà trop tard. Il estime que l’opinion est déjà contre lui et, que le candidat devrait rendre l’argent versé à sa compagne.

"Il y a ce que dit Envoyé Spécial et il y a ce que diront les juges. Ce n’est pas le coup fatal mais c’est un mauvais coup de plus. La perspective de la diffusion du reportage d’Envoyé Spécial oblige François Fillon à prendre une initiative et pas demain matin. A sa place j’irais devant les journalistes, je dirais 'ce que je fais est légal'. Et vraisemblablement la justice reconnaîtra que c’est légal", estime d'ailleurs Pascal Perri.

"Le coup fatal, c'est l'opinion"

Pour lui, "le problème c’est que tout le monde a bien conscience que ce n’est pas le terrain sur lequel il va être jugé". "Le coup fatal c’est l’opinion, c’est moral, c’est éthique. Moi j’irais devant la presse et je dirais: ‘écoutez, l’opinion ne l’accepte pas, oui j’ai travaillé avec ma femme et je vais rendre l’argent que je lui ai donné même si c’était parfaitement légal’. C’est la seule façon aujourd’hui de s’en sortir, c’est très clair."

Les Grandes Gueules avec A. B.