RMC

"Assumez que vous voulez tuer l'élevage français": quand Didier Giraud interpelle un député LREM sur le Ceta

Ce lundi chez les GG, l'agriculteur Didier Giraud a vivement interpellé le député de Gironde Benoît Simian qui défendait le Ceta, le traité controversé de libre-échange entre l'Europe et le Canada.

"La colère gronde dans les campagnes", avait prévenu Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, la semaine dernière sur RMC. Les agriculteurs ont en effet mené des actions contre la permanence de députés LREM pour protester contre le Ceta, l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada.

Un désaccord que ne comprend pas Benoît Simian, député LREM de Gironde. "Pour certains domaines viticoles, le Canada, c'est 40% de l'export. Jusqu'à preuve du contraire, le Canada est un pays ami. Je crois aux règles de la régulation avec un traité qui régulent les échanges. Pour le Médoc, c'est hyper favorable aux domaines viticoles. Je travaille aussi avec des éleveurs. Il y a des garde-fous sur les farines animales. Il faut cesser d'agiter les peurs", a-t-il estimé sur RMC.

"Je suis éleveur, j'ai pris la vache folle dans la gueule en 2001"

Un discours vivement retoqué par l'agriculteur Didier Giraud, notamment sur les farines animales: "Je suis éleveur, j'ai pris la vache folle dans la gueule en 2001, je sais ce que ça veut dire les farines. Quand le Premier ministre canadien dit qu'il pourrait y avoir de la farine animale dans l'alimentation de nos bovins, ça ne résonne pas à vos oreilles? Vous l'avez dit à vos concitoyens? On veut tuer l'élevage français! Dites-le, assumez-le que vous voulez tuer l'élevage français!"

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a en effet confirmé au site spécialisé Agrapresse que "malgré une interdiction de principe de l’alimentation des ruminants à base de farines issues de ruminants, la législation canadienne autorise l’utilisation de certaines protéines, comme les farines de sang et la gélatine".

Paulina Benavente