RMC

"Au bout de deux minutes, les élèves oublient mon apparence": Freaky Hoody, l'homme le plus tatoué de France et instituteur, se défend sur RMC

TÉMOIGNAGE RMC - Il a été accusé par une mère d'élève de faire peur aux enfants. Lui, explique que se faire tatouer est un droit et que ça n'altère pas ses qualités d'enseignants. Sylvain, alias Freaky Hoody, était sur RMC.

Tout son corps est recouvert de tatouages. Freaky Hoody, Sylvain, est l’un des hommes les plus tatoués de France, mais il est aussi professeur des écoles. Il est depuis ce week-end visé par une polémique alors que le journal Le Parisien a publié le témoignage d’une mère qui l’a accusé de faire “peur aux enfants”. 

Invité du "Grand Oral" des Grandes Gueules, cet instituteur qui enseigne depuis 12 ans s’est défendu. 

“Ce qui est important, c’est la façon dont on enseigne, dont on parle, dont on se comporte. Ce n’est pas à quoi, on ressemble”, affirme-t-il. 

Il explique être dans une démarche artistique, avec une véritable passion pour le tatouage: "J'en suis à environ 460 heures de tatouage, 57.000 euros". 

Sylvain Hélaine, alias Freaky Hoody sur les réseaux sociaux. Motifs floraux colorés sur le crâne, tête de démon dans le dos, la coqueluche des conventions de tatouage a commencé à recouvrir son corps en 2012. "Je l'ai fait en trois ans. Maintenant je repasse en transparence", explique-t-il en désignant son bras dont les anciens motifs sont recouverts de fines lignes imitant des fibres musculaires. Il veut notamment continuer à se faire tatouer alors qu’il a déjà fait tatouer sa langue, l’intérieur de ses mains, mais aussi ses yeux. Cette dernière pratique est interdite en France, et il a donc dû se rendre en Suisse pour cette procédure invasive qu’il conseille d’ailleurs de ne pas faire, expliquant notamment que “ce n’est pas naturel”. 

Il n'en regrette aucun, dans "une démarche philosophique inédite : je rends le tatouage, qui est censé être permanent, éphémère. Je finirai surement tout noir à 80 ans."

Continuer à se faire tatouer

Mais alors que le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer a provoqué la polémique en estimant que les élèves devaient porter une “tenue républicaine” à l’école, l’aspect de cette instit pose question. Peut-il enseigner auprès d’enfants en primaire malgré son aspect. 

Lui affirme que les élèves n’ont aucun problème avec son physique. 

“Je n’ai aucun problème avec les élèves que j’ai. Au bout de deux minutes, tout va bien, ils oublient complètement ce à quoi je ressemble. Passé les deux minutes de stupéfaction, tout se passe très bien”, assure-t-il. 

Malgré ces explications, pour les chroniqueurs Marie-Anne Soubré, et Gilles Raveaud, qui se disent eux-mêmes dérangés par l’aspect physique de Sylvain. 

“Ce que vous faîtes, de leur imposer quelque chose d’aussi fort sur le plan émotionnel, pour moi, c’est totalement inacceptable. En plus, on ne sait pas ce qu’un enfant ressent”, affirme Gilles Raveaud. 
Guillaume Descours