RMC

Cours de récréation "dégenrées": "Qui a dit que le football était une discipline uniquement réservée aux garçons?"

Les "Grandes Gueules" sont revenues sur les - très - remarquées cours de récréation dégenrées instaurées par certaines municipalités.

Ce début du mois de septembre marque le retour des élèves dans les classes, et dans les cours de récréation. Et certaines ont subi un petit lifting durant la pause estivale. Des cours de récréation on été "dégenrées", souvent dans des municipalités tenues par des élus écologistes ou assimilés.

Ainsi, à Lyon, le maire Grégory Doucet a été interpellé par un enfant qui demandait où étaient passées les cages de foot, remplacées par des bacs de copeaux de bois et des espaces plus libres. Lyon, mais aussi, Lille, Besançon ou encore Paris tentent de mettre en place des initiatives similaires.

Il a été estimé par certains élus que les terrains de foot prenaient trop de place physique dans une cour de récréation, et qu'ainsi les garçons étaient favorisés et que les filles étaient reléguées dans les espaces restreints.

"Ca n'a aucun sens"

L'étudiante Stella Kamnga note dans Les Grandes Gueules une incohérence dans le discours d'élus progressistes qui estiment que le football est un sport tout aussi féminin que masculin. 

"Ca n'a aucun sens. Le projet de 'dégenrer' conduit à un résultat où personne n'y trouve son compte. Les mêmes personnes qui disent que les femmes sont à même de jouer au football comme les hommes, sont les mêmes qui enlèvent les cages de football dans le cour de récréation. Qui a dit que le football était une discipline uniquement réservée aux garçons?"

A Hem, près de Lille, le maire Francis Vercamer est venu défendre dans "Les GG" le principe d'une cour dégenrée, précis mais qu'il fallait nuancer les choses, et que dans son cas, il a simplement réduit la taille de terrains pour que "tout le monde y trouve son compte".

J.A.