RMC

Drame de Millas: "S'il y a un criminel dans le dossier, c'est le médecin" accuse l'avocate des victimes

Maître Jehanne Collard, avocate de familles de victimes du drame de Millas lors duquel six enfants avaient été tués dans un bus scolaire entré en collision avec un TER, revient sur RMC sur les dernières révélations concernant l'affaire et pointe la responsabilité du médecin.

Le 14 décembre 2017, six enfants avaient été tués dans la collision entre un TER et leur car scolaire, sur le passage à niveau de Millas dans les Pyrénées-Orientales. Un nouveau rebondissement dans cette triste affaire s’est développé ce jeudi matin, Franceinfo révèle que de nouvelles pièces du dossier d’instruction mettent en exergue le médicament contre l’insomnie pris par la conductrice au moment du drame.

L’avocate de trois familles de victimes, Me Jehanne Collard, était l’invitée des Grandes Gueules ce jeudi matin pour évoquer ces nouveaux éléments tout en rappelant que la conductrice "n'a jamais menti" et toujours reconnu l'usage de ce médicament.

"S'il y a un criminel pour moi dans le dossier, c'est le médecin"

"Aujourd’hui, depuis la loi El Khomri, le transport scolaire n’est plus considéré comme un métier à risques. Donc la médecine du travail ne doit plus faire de visite d’aptitude. C’est quelque chose qu’il faut dénoncer. Le médecin du travail qu’a vu Mme Oliveira, c'était pour voir si elle n’avait pas de problème de santé pour elle, mais pas pour le cadre de son exercice professionnel."

L'avocate explique ainsi qu'elle a formulé une demande pour que l'enquête se penche sur le médecin qui lui prescrivait ce traitement depuis une durée trop longue par rapport aux recommandations selon elle. 

"Le médecin ne pouvait ignorer les effets secondaires lourds. Il lui prescrivait depuis deux ans alors qu’on sait qu’il ne faut pas le prendre plus de trois mois. Et elle le prenait depuis sept ans. S'il y a un criminel pour moi dans le dossier, c'est le médecin. Ce que je souhaite c'est qu'il soit mis en examen, qu'il soit condamné pour que les enfants de Millas ne soient pas morts pour rien."
James Abbott