RMC

Dupont-Aignan: "La sortie de la Grèce de l'euro va donner des idées à d'autres pays"

Nicolas Dupont-Aignan dans les Grandes Gueules sur RMC, ce mardi.

Nicolas Dupont-Aignan dans les Grandes Gueules sur RMC, ce mardi. - RMC

Invité ce mardi des Grandes Gueules sur RMC, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, s'est prononcé pour une sortie de la Grèce de la zone euro, seule solution selon lui pour sortir le pays de l'impasse.

Alors que les chefs d'États et de gouvernement de la zone euro tente ce mardi à Bruxelles de trouver une solution à la crise grecque, Nicolas Dupont-Aignan, député-maire de Yerres et président de Debout la France, a estimé que la perspective d'une sortie de la Grèce de l'euro inquiétait car cela donnerait "des idées à d'autres" pays. "Ce qui gêne les dirigeants européens, qui sont dans une croyance mystique de l'euro, c'est qu'on va voir (qu'une sortie de la Grèce de l'euro) ne se passe pas si mal, et que ça va donner des idées à d'autres. L'Allemagne ne sera plus propriétaire de l'Europe à travers l'euro, c’est-à-dire qu'on pourra dévaluer et concurrencer l'Allemagne, et là ça va la gêner", a déclaré Nicolas Dupont-Aignan dans les Grandes Gueules, ce mardi.

"La seule solution, c'est un compromis"

Le président de Debout la France estime que l'abandon de la monnaie unique est la seule solution viable pour redresser la Grèce. "Je souhaite bien évidemment que la Grèce sorte de la zone euro, pour rester en Europe un pays libre qui se développe et ne souffre pas comme on le fait souffrir inutilement depuis 5 ans. (…). Il faut qu'on accompagne la sortie de la Grèce pour qu'elle ait sa propre monnaie qui corresponde à son caractère". "D'un côté vous avez l'Allemagne qui veut écraser la Grèce, de l'autre vous avec une Grèce qui veut tirer l'argent des autres sans changer", poursuit Nicolas Dupont-Aignan. Pour lui, "la seule solution, c'est un compromis : permettre à la Grèce de sortir de l'euro, et de rééchelonner sa dette".

"Pourquoi plaquer une monnaie unique sur des peuples différents ?"

"La seule façon d'aider la Grèce à se développer c'est d'avoir une monnaie moins chère. Pourquoi on veut absolument plaquer une monnaie unique sur des peuples différents ?", a-t-il interrogé. Le souverainiste s'est étonné "qu'on ne dise jamais aux Français qu'il y a neuf pays dans l'Union Européenne qui ne sont pas dans l'euro et qui ne sont pas des monstres : le Danemark, la Suède, la Grande-Bretagne, la Pologne…" Des pays qui "ont de meilleurs résultats économiques et sont plus heureux car ils ont leur propre monnaie".

Philippe Gril avec les GG