RMC

Emmanuel Macron a "déconné" avec ses petites phrases selon un député LREM

Le député LREM de l'Hérault Patrick Vignal a estimé ce lundi dans Les Grandes Gueules sur RMC que le président de la République n'a pas été à la hauteur de la fonction quand il a sorti ses petites phrases qui ont choqué de nombreux Français, tout en estimant qu'il fera un second mandat.

Patrick Vignal, député LaREM de l’Hérault n’est pas un “godillot”, comme il l’affirme lui-même. Il se dit toujours un homme de gauche avec "l’envie que le PS se relève" mais reste persuadé qu’Emmanuel Macron reste l’homme de la situation.

Toutefois, le député note que le président de la République n’a pas été la hauteur lorsqu’il a distillé diverses petites phrases qui ont pu choquer les Français, comme lorsqu’il affirmait qu’il suffisait de “traverser la rue” pour trouver du travail. Ainsi, lorsque les Grandes Gueules lui demandent ce lundi matin si Emmanuel Macron a “déconné” avec ses petites phrases, il répond par l’affirmative.

"Macron c’est le symptôme des nouveaux parlementaires aussi"

"Bien sûr. A mon avis, Macron c’est le symptôme des nouveaux parlementaires aussi. Il arrive, il a 39 ans, il a renversé les partis politiques, les syndicats…
Très franchement je pense qu’il est passé de la campagne à la présidence sans se rendre compte qu’il a blessé beaucoup de gens. Sauf que la différence c’est qu’avec les gilets jaunes, il retourne au bas des immeubles, dans la vraie vie de tous les jours des gens. Avec ça, il va apprendre sur le terrain."

"Je fais le pari qu’il fera deux mandats et qu’on en a besoin"

Ainsi, le Montpelliérain estime que le président est sur le droit chemin etqu’il a bien fait de faire du “ménage” dans son entourage.

"Je pense qu’il avait besoin de faire un peu de ménage (dans son entourage) et je suis ravi qu’il l’ait fait. On me dit que je ne défends pas tout le temps le président, mais je ne suis pas un godillot. Je fais le pari qu’il fera deux mandats et qu’on en a besoin. Après il faut que lui aussi comprenne qu’on ne peut pas dire aux gens qu’il suffit de traverser la rue. Aujourd’hui les Français sont à bout, en colère, les mots ont une importance donc attention de ne pas les blesser."
James Abbott