RMC

"Être survivaliste, c'est être prévoyant": le témoignage d'un auditeur des Grandes Gueules

Il affirme qu'être survivaliste c'est faire preuve d'anticipation et dénonce le fait que tous les survivalistes ont des armes à feu.

L’homme qui a tué trois gendarmes dans le Puy-de-Dôme a été présenté comme un survivaliste, persuadé de la fin du monde. Un profil inquiétant sur lequel sont revenus les Grandes Gueules. 

Pendant l’émission ce jeudi, Boris, auditeur de RMC et qui se dit lui-même survivaliste a expliqué ce qui se cachait derrière ce terme obscur.

“Moi avant l’épidémie de coronavirus, j’avais déjà 6000 masques chez moi. Pourquoi ? Parce que j’avais prévu une pandémie, j’avais prévu un risque chimique, une pollution nucléaire, un volcan… J’avais récupéré les masques à la poubelle et je les ai stockés. J’ai des pâtes pour pouvoir tenir un mois. Nos anciens étaient tous des survivalistes. Avant, on n'avait pas de frigo donc ils anticipaient. Tous les gens qui pendant le premier confinement ont acheté du papier toilette, ce sont des survivalistes”, explique-t-il. 

Pas de lien particulier avec les armes

Il affirme également qu’être survivaliste n’est pas que d’un point de vue matériel, mais que ça peut aussi être financier. “Il y a des gens qui ont besoin d’avoir un mois de salaire d’avance. C’est ça être prévoyant”, assure l’auditeur. 

Il affirme par ailleurs que survivaliste ne signifie pas avoir des armes. Lui assure ne pas en posséder même s’il tire depuis des années. “Je ne veux pas en avoir chez moi ça ne m’intéresse pas”.

Guillaume Descours