RMC

Fermeture des petits services d'urgences: "On ne peut pas traiter l'hôpital comme une entreprise"

Face à la menace de la fermeture des services d'urgence de nuit d'un hôpital de la Nièvre, une trentaine de maires ont décidé de démissionner. Cette fermeture va contraindre certains habitants à faire de plus longs trajets en cas de besoin.

La fermeture des urgences de nuit d'un petit hôpital de la Nièvre, pourrait avoir un fort impact sur la région. À Clamecy, une petite ville de 4.000 habitants près d'Auxerre, l'annonce de la future fermeture des urgences de l'hôpital, a poussé une trentaine de maire de la région ont décidé de démissionner, refusant que leur territoire soit "sacrifié sur l’autel de la rationalisation des choix budgétaires".

"Je soutiens totalement ces maires qui tirent la sonnette d’alarme et qui expliquent que fermer un service d’urgence ce n’est pas possible. On ne peut pas traiter l’hôpital comme une entreprise comme les autres, même si l’ARS (Agence régionale de santé) soutien qu’ils n’ont pas assez de passage par jour", assure Jimmy Mohamed dans les Grandes Gueules.

"Le métier d’urgentiste n’intéresse plus grand monde"

"Si on manque d’urgentistes ce n’est pas parce qu’on manque de médecins. Le métier d’urgentiste n’intéresse plus grand monde du fait de sa pénibilité et de son niveau de stress. L’urgentiste désormais, ne fait presque plus de médecine, c’est un peu un manager. Il doit gérer, négocier des examens, trouver des places et finalement il n’a plus beaucoup de temps soignant", explique le médecin généraliste.

Pour lui, cette fermeture risque d'ailleurs de coûter plus cher in fine: "Si vous avez une personne âgée qui fait une chute, qui doit être rapatriée aux urgences, si on doit payer des ambulances qui vont coûter bien plus cher pour faire une heure de route, ça n’est pas acceptable", conclue-t-il.

La fermeture de ces urgences et de celles de trois autres petites villes, obligerait les habitants de la région à devoir faire une heure de route pour se rendre dans les hôpitaux d'Auxerre et de Nevers.

Les GG (avec G.D.)