RMC

Fiasco au Stade de France: “J’aurais pu montrer ma carte Vitale, ils auraient cru que c’était le billet !”

La rencontre devait être un test, et le test a échoué. Plusieurs dysfonctionnements ont eu lieu samedi au Stade de France autour de la sécurité du match PSG-OM. Un “fiasco” confirmé par un témoin des Grandes Gueules, à moins de trois semaines du lancement de l’Euro.

Tuyaux en PVC, fumigènes et bouteilles en verre. La finale de la Coupe de France de football, samedi, au Stade de France, ne s’est pas très bien passée, de l'aveu même des organisateurs, qui reconnaissent des failles. La règle est normalement celle de la tolérance zéro, alors qu’est-ce qui a cloché au Stade de France, au niveau des fouilles et de la sécurité, à moins de trois semaines du début de l’Euro 2016?

L’image pourrait être drôle: l'acteur et humoriste Michaël Youn, venu assister à la victoire du PSG face à l’OM (4-2) a allumé un fumigène dans sa loge et devrait être interpellé dans les prochaines heures. Comme n’importe quel supporter, il risque une interdiction de stade de plusieurs mois, puisqu'il est interdit d'introduire des fumigènes dans un stade. L’image pourrait être drôle, mais elle révèle une série de dysfonctionnements.

Goulots d'étranglement et lacrymo

“C’est un fiasco, le dispositif est défaillant”, estiment les Grandes Gueules, puisqu’il y a eu des goulots d’étranglement aux quatre coins d’entrée du Stade de France. Des barrières métalliques ont cédé, les policiers ont dû utiliser des gaz lacrymo comme dans les manifestations contre la Loi Travail. Certains supporters ont aussi réalisé que vu le bazar ambiant ils n’avaient pas été fouillés.

Un chaos que confirme le témoin des Grandes Gueules sur place, Florent Germain, journaliste à RMC Sports. Il a fait le déplacement à Paris avec les supporters marseillais et il raconte :

“Ce qui m’a choqué déjà c’est que tous les cars partis de Marseille avaient rendez-vous à un péage pour une escorte policière, et il n’y a finalement eu aucune escorte policière, donc les bus marseillais étaient livrés à eux-mêmes. Tous les supporters marseillais, quasiment 15.000 supporters, du bus jusqu’au Stade de France, sont passés par un tunnel souterrain, une vraie souricière, qui débouchait sur un seul petit portillon, qui était censé être le premier filtrage, en prévision de l’Euro. C’est là que moi j’ai assisté à des mouvements de foule. Sur le peu d’enfants qu’il y avait, tous ont terminé le point de filtrage en pleurs, des personnes âgées ont failli faire un malaise. Les stadiers s’excusaient pour ces conditions, regardaient à peine le billet parce que ça poussait. J’aurais pu montrer ma carte Vitale, ils auraient cru que c’était le billet ! Je n’ai pas été fouillé, on a regardé de manière superficielle dans mon sac à dos. Si j’avais eu une ceinture d’explosif je serais passé tranquillement.”

Le préfet promet des améliorations

Une réunion est prévue mardi pour revoir ce dispositif. Pour Jacques Maillot, la responsabilité de ce fiasco est celle du préfet : “Je demande la démission du préfet !” a-t-il lancé, en référence à Philippe Galli, qui promet d’améliorer les choses.

“C’est un incompétent notoire, on ne manque pas de préfets en disponibilité, qu’on rémunère et qui ne font rien. On fait aussi appel à des entreprises de sécurité du secteur privé, et ça n’a pas l’air brillant, ils ne sont pas formés. J’ai l’impression qu’il y a des agents des sécurité qui sont des débutants, il est grand temps de les former.”
La rédaction avec les G.G.