RMC

François Ruffin: "Sur le plan législatif, l’Assemblée ne sert à rien"

Le député de La France insoumise estime que l'Assemblée nationale n'est qu'une "chambre d’enregistrement des projets du Président" et assure n'avoir aucun souci de leadership avec Jean-Luc Mélenchon.

François Ruffin est venu passer le Grand Oral des Grandes Gueules ce mercredi et en a profité pour donner son ressenti sur le fonctionnement du parlement de son point de vue de néo-député. 

Après avoir expliqué que l’Assemblée c’était "du flan" en août 2017 quelques mois après son élection, le député de la Somme a pu engranger de l’expérience au sein de cette institution, mais n’a visiblement pas changé d’avis.

Alors que la GG Jacques Maillot lui demandait à quoi servait un député d’opposition avec les institutions de la Ve République, François Ruffin lui a répondu très clairement:

"La séparation des pouvoirs dans le pays de Montesquieu, c’est une illusion"

"Mais à quoi sert un député de la majorité ? Mais à quoi sert cette assemblée ? Sur le plan législatif, cette assemblée ne sert à rien. C’est une chambre d’enregistrement des projets du Président. La séparation des pouvoirs dans le pays de Montesquieu, c’est une illusion. Et je crains que l’on aille seulement vers le renforcement de cela."

"Je me considère comme un animateur de démocratie"

Il estime qu’il y a une deuxième fonction qui est inhérente aux députés qui est plus symbolique que régalienne.

"C’est une fonction tribunicienne, c’est le tribun romain qui va au milieu des aristocrates dire ce que vit le peuple, donner un ressenti. Venir déballer un certain nombre de vérités. Député ou pas député, je me considère comme un animateur de démocratie. On peut ne pas être d’accord avec mais j’anime le débat démocratique, je pense que l’Assemblée est aussi un bon lieu pour cela."

2022: "Je me rase mais sans y penser !"

Une Assemblée où son chef de groupe n'est autre que Jean-Luc Mélenchon. Le très médiatique député, habitué des coups d'éclats dans l'hémicycle, assure qu'il n'y a "aucune" rivalité avec le leader de La France insoumise, et qu'il n'a pas d'ambitions démesurées en politique, du moins pas encore. 

"Pour l'instant, là où j'en suis, je ne vous dirai peut-être pas cela tout le temps, mais je suis là avec en tête cette phrase de Victor Hugo qui disait : 'Je veux l'influence, pas le pouvoir'. Pour l'instant moi je veux l'influence. Malheureusement le système est fait de cette manière, c'est qu'entre les députés et l'Elysée il n'y a rien. En 2018 on pense déjà à 2022 c'est dingo ! Déjà je me sens parfois étouffé à l'Assemblée alors je n'imagine pas comment je crèverai à l'Elysée. Je me rase mais sans y penser !"
J.A. avec les GG