RMC

Fred Hermel: "La tyrannie des vélos à Paris, ce n'est pas ça la France!"

Cela ne fait même pas deux semaines que Frédéric est dans la capitale et il est déjà presque dégoûté par les vélos. Il raconte avoir failli se faire renverser le week-end dernier en pleine rue.

“Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins, à bicyclette”…

Même pas deux semaines de vie à Paris et les cyclistes qui pullulent dans la capitale m’ont presque déjà dégoûté de cette pourtant magnifique et si célèbre chanson d’Yves Montand. “Y’avait Fernand, y’avait Firmin, y’avait Francis et Sébastien et puis Paulette”.

>> A LIRE AUSSI - "C'est ça la France" de Fred Hermel: "Le parti communiste retrouve des couleurs avec Fabien Roussel"

C’est à dire que maintenant ils s’appellent Roméo, Bertrand, Gautier, Théophile et Paulette c’est Marie-Capucine.

C’est d’ailleurs une Marie-Capucine, une Chloé ou une Cassiopée qui a failli me renverser le week-end dernier en pleine rue alors que j’avais bien attendu que le petit bonhomme vert soit allumé pour m’engager sur le passage pour piétons. 

Sanctionnés comme les automobilistes?

La demoiselle, ah zut, depuis François Hollande on n’a plus le droit de dire mademoiselle. Donc la madame d’une trentaine d’années, en conversation téléphonique sur son portable, a grillé le rouge et m’a quasiment roulé dessus et sur une vieille dame avec son chien qui était à ma hauteur. Tous les trois, toutou compris, avons crié et évité la chute de très peu. Le pire est que la cycliste en question ne s’est même pas rendue compte de ce qu’elle faisait. Un événement que je vois se répéter plusieurs fois par jour depuis que je suis ici. 

En fait, les voitures sont tellement honnies et les vélos tellement vantés du matin au soir que les cyclistes se croient tout permis. Comme ils “sauvent la planète”, ils se sentent intouchables et ne respectent pas les bases du code de la route. Et mettent en danger tout le monde.

Il serait peut-être temps que les conducteurs de vélos, de trottinettes et autres hoverboards soient sanctionnés comme les automobilistes quand ils enfreignent les règles. Parce que l’égalité devant la loi, c’est ça la France.

Fred Hermel