RMC

Gérard Collomb retire sa candidature à la mairie de Lyon: "Ce n’est que le début de tous les rats qui quitteront le navire LREM"

L'annonce de Gérard Collomb de retirer sa candidature à la mairie de Lyon au profit d'un candidat de droite, est vue par les Grandes Gueules comme un nouveau pied de nez au parti de la majorité.

Ce jeudi, Gérard Collomb, actuel maire de Lyon, a révélé qu’il retirait sa candidature pour un nouveau mandat. Une place, laissée vacante, qui doit profiter à François-Noël Buffet, candidat LR. Un accord entre les deux hommes qui a pour but de contrer la liste écologiste.

"Il quitte clairement le camp du président"

En clair, c'est une stratégie de rassemblement entre l’ancien ministre de l’Intérieur et la droite. Les Grandes Gueules ne sont pas dupes et regrettent une stratégie politique dont ils ne sont toutefois pas surpris.

"C’est de la vieille politique, soupire Barbara Lefebvre. J’y vois aussi une façon d’acter le fait qu’il quitte clairement le camp du président de la République. Je crois que LREM et Collomb, c’est fini. Il paraît même que son amitié avec Brigitte Macron prend l’eau. Je pense que Gérard Collomb a décidé de tourner le dos à La République En Marche et je pense que ce n’est le début de tous les rats qui quitteront le navire".

"Je croyais que En Marche était un pays merveilleux où les gens ne pensaient pas qu’à eux"

"C’est une manœuvre politicienne comme on en voit beaucoup trop régulièrement dans ce merveilleux "nouveau monde", enchérie Maxime Lledo. Ce que je trouve le plus navrant, ce sont les commentaires que l’on entend derrière, les tweets ou les tribunes des députés qui crient à la trahison, comme si Gérard Collomb était Judas".

"Je ne comprends pas, poursuit l'étudiant, je croyais que LREM était un pays merveilleux où les discussions étaient permises, où il n’y avait ni droite ni gauche avec des gens qui ne pensaient pas qu’à eux mais pour un pays qui avance, ironise Maxime Lledo.

"C’est de la petite tambouille politicienne"

"C’était beau mais ça ne tient qu'à un homme qui trébuche et c’est moche. C’est le symbole d’un monde politique qui disparaît. Aujourd’hui, les manœuvres sont assumées. Avec Gérard Collomb, c’est quand même un pilier de la Macronie qui s’en va peut-être définitivement".

Pour Fatima Aït-Bounoua, "le 'monde d’après' ressemble au 'monde d’avant' peut-être même en pire. Soit ça nous donne envie de s’engager en politique pour faire changer les choses, soit ça nous désespère totalement. C’est de la petite tambouille politicienne qui est vraiment mal vu aujourd’hui".

Les Grandes Gueules (avec Maxime Trouleau)