RMC

Hamon président? "Donner un droit à un revenu face à une crise, c’est l’abdication du pouvoir politique"

Au lendemain de la victoire de Benoit Hamon à la primaire de la gauche, les Grandes Gueules se demandent si le candidat socialiste a les moyens de gagner la présidentielle. Pour la Grande Gueule Pascal Perri, les idées de Benoit Hamon sont minoritaires dans le pays.

Donné favori, Benoit Hamon a remporté dimanche la primaire de la gauche, largement en tête devant Manuel Valls, avec 58,65% des voix. Pourtant au lendemain de sa victoire, les Grandes Gueules s’interrogent. Benoit Hamon est-il l’homme qui peut faire gagner la gauche? Pour la Grande Gueule Pascal Perri, Hamon n’a aucune chance avec des idées économiques qui ne font pas l’unanimité dans le pays.

Seul point positif selon lui, les choses sont maintenant plus claires sur la ligne directrice du Parti socialiste: "Je pense que Hamon ne peut pas faire gagner la gauche mais il y a au moins une clarification à gauche. Premier constat, les deux têtes de l’exécutif sont sorties, à savoir Manuel Valls et François Hollande."

"Les valeurs de Benoit Hamon sont très minoritaires dans le pays"

Néanmoins, l'économiste des Grandes Gueules ne voit pas en Benoit Hamon un candidat crédible. Pis, son programme pour l'élection présidentielle est un aveu de faiblesse selon Pascal Perri: "le deuxième point c’est que l'on voit dans un sondage Elabe sur les motivations de vote, que ce qui oriente le choix des électeurs, c’est la situation économique, l’emploi, la protection sociale et la santé. Hamon est perçu comme celui qui incarne le mieux les valeurs de gauche. Simplement ces valeurs sont très minoritaires dans le pays. C’est étonnant de voir que ce candidat fait campagne sur une thématique un peu indigente. Si on n'a pas trouvé mieux que de donner un droit à un revenu parce qu’on est face à une crise, c’est l’abdication du pouvoir politique, c’est l’abdication de la capacité des politiques à changer les choses." 

"Hamon ne peut donc pas gagner en l’état actuel des choses"

Pascal Perri n'exclut pas pour autant un lien avec les "amis de Manuel Valls" ce qui, selon lui, redonnerait du crédit à Benoit Hamon. La Grande Gueule attend de voir si une main sera tendue vers le camp perdant. "Je pense que Hamon ne peut donc pas gagner en l’état actuel des choses, explique Pascal Perri. J’attends quand même les 24 heures qui viennent. Je sais que les amis de Manuel Valls se réunissent aujourd’hui et attendent un message. Ils ne quitteront pas le PS à une condition, si Hamon dit des choses qu’ils peuvent entendre."

Les Grandes Gueules avec A. Benyahia