RMC

"Il y a une image du personnage féminin qui est ultra-ringarde": une pétition demande la suppression des hôtesses sur le Tour de France

Sur la course cycliste, les hôtesses sont présentes lors des podiums de chaque étape pour remettre les trophées aux coureurs. La pétition a déjà recueilli plus de 35.000 signatures.

Après chaque étape du Tour de France, le vainqueur, mais aussi les différents maillots distinctifs passent un part un sur le podium pour recevoir leur trophée, maillots et autres bouquets de fleurs. Lors de cette cérémonie, ils sont toujours accompagnés de deux jeunes femmes, des hôtesses, qui leur remettent les fleurs et trophée, avant chacune leur faire un bisou sur la joue.

Une pratique que dénoncent certaines militantes féministes. Une pétition a été diffusée sur internet et a déjà recueilli plus de 30.000 signatures. Elles demandent aux organisateurs du Tour de supprimer les hôtesses lors des cérémonies. "Les photos de ces scènes qui s'affichent en couverture des différents journaux à travers le monde perpétuent cette forme subtile de sexisme", expliquent les auteurs de cette pétition.

Pour Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, et à l'origine de cette pétition, c’est surtout un rituel "ringard", qui renforce l’image de la femme trophée.

"Sur le Tour de France, on est sur une image d’un personnage féminin qui est ultra-ringard. Donc aujourd’hui vu qu’il y a toujours eu ça, on ne se rend même plus compte et on se dit qu’elles sont contentes d’être là. Moi j’ai été hôtesse, alors pas sur des événements comme le Tour de France où d’autres événements sportifs, mais même dans des salons, la façon dont certains hommes vous regarde, c’est vraiment lourd", explique-t-elle, estimant qu’il faut donner une autre image de la femme. 

Plus tôt ce matin, dans la matinale de RMC, la secrétaire d’État Marlène Schiappa, s’est positionnée sur la question. "Je comprends tout à fait cette pétition. Et le fait de dire que ça véhicule des choses assez stéréotypées entre la répartition des rôles entre l’homme-champion et la femme qui fait une bise et qui est là parce qu’elle est sexy", a-t-elle expliqué. Cependant, elle a précisé que ce n’était pas son combat du moment, et que sa priorité était de lutter contre les violences conjugales. 

"Ce n’est pas un métier indigne"

Pour Fatima Aït Bounoua, il faudrait que les principales intéressées, à savoir les hôtesses, s’expriment sur le sujet.

"Je trouve ça fou de toujours vouloir penser et parler à la place des personnes concernées. Lorsqu’on entend des jeunes femmes qui ont été hôtesses et qui, même beaucoup plus tard, très souvent elles sont contentes. D’abord, financièrement, parce qu’elles sont rémunérées et c’est aussi une façon de gagner sa vie et ce n’est pas un métier indigne", affirme la chroniqueuse des Grandes Gueules. 

Sur Twitter, plusieurs femmes, ayant été hôtesses ont d’ailleurs pris la parole. "J’ai été hôtesse toutes les études. Au salon de l’auto, à Roland-Garros, au SIAL, au salon de l’agriculture. Est-ce que ‘les féministes’ pourraient s’occuper de leurs fesses et laisser les autres travailler?", écrit notamment l’une d’entre elles. 

Plusieurs grands événements sportifs ont déjà pris le parti de supprimer les hôtesses. C’est notamment le cas en Formule 1, lors des départs des Grands Prix, mais aussi lors de la Vuelta, le Tour d’Espagne. 

Guillaume Descours