RMC

Inviter Marine Le Pen au CFCM? "Oui, ça pourra se faire"

Anouar Kbibech, président du CFCM, ce mardi dans les Grandes Gueules sur RMC.

Anouar Kbibech, président du CFCM, ce mardi dans les Grandes Gueules sur RMC. - RMC

Interrogé sur l'opportunité d'inviter la présidente du Front National au Conseil français du culte musulman, son président Anouar Kbibech a répondu "pourquoi pas". Il a aussi détaillé le plan du CFCM pour lutter contre la radicalisation de certains musulmans français.

C'est devenu un interlocuteur incontournable. Depuis sa fondation en 2003 sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, le Conseil français du culte musulman (CFCM) dialogue avec les gouvernements et les partis politiques. Encore plus depuis les attentats de janvier, où l'autorité musulmane travaille main dans la main avec le gouvernement pour tenter d'éradiquer l'islam radical. "Le CFCM essaie d'avoir des relations cordiales et constructives avec l'ensemble des partis", confirme son président Anouar Kbibech, invité ce mardi des Grandes Gueules sur RMC.

S'il a déjà rencontré les principaux partis politiques, le CFCM n'a pour l'instant jamais rencontré les dirigeants du Front National, pour qui l'islam est pourtant un thème majeur. Anouar Kbibech se dit prêt à rencontrer sa présidente, Marine Le Pen. "Pourquoi pas, cela a été évoqué un moment donné", assure-t-il. "On ne fera pas de consignes de vote mais la participation au débat d'idée nous y sommes favorables", même avec le FN.

"Il y a malheureusement des mosquées que nous ne contrôlons pas"

Contrairement à ce qu'avance le Front national notamment, Anouar Kbibech assure "qu'il n'y a pas de déferlante salafiste" en France. "2.400 à 2.500 mosquées ou lieux de culte sont affiliés au CFCM", détaille-t-il. "Il y a malheureusement quelques mosquées que nous ne contrôlons pas. Les mosquées poussées par quelques jeunes de tendance salafiste sont une centaine environ, d'après les chiffres du ministère de l'Intérieur. Elles étaient 50 à 60 il y a cinq ans. Il y a un accroissement de ces mosquées, mais pas de déferlante salafiste comme certains le disent".

Le président du CFCM a ensuite détaillé son plan de lutte contre la radicalisation. D'abord, un travail de contextualisation de l'islam en France, "en tenant compte de la réalité et de la tradition judéo-chrétienne de la société française". "Nous allons faire ce travail de contextualisation dans les mois à venir avec deux organismes que l'on veut mettre en place : un conseil théologique regroupant des savants musulmans, et un conseil de rénovation et de renouvellement de la pensée islamique avec des intellectuels musulmans, en tenant compte du contexte français". Ensuite, une meilleure formation des imams, en harmonisant notamment leur cursus.

"Les musulmans de France sont tout à fait républicains"

Anouar Kbibech a également profité de son passage chez les Grandes Gueules pour tordre le cou à des idées reçues. "Les musulmans de France sont tout à fait républicains et respectent les lois de la République. Ils n'ont jamais réclamé des menus halal dans les cantines", cite-t-il en exemple. "Faire des menus communautaires pour les enfants est tout à fait condamnable !". Devant la levée de bouclier que provoquent parfois la construction de mosquées, le président du CFCM appelle à la construction de mosquées "complètement en adéquation avec l'architecture française et avec des fonds franco-français".

Philippe Gril avec les GG