RMC

Je ne changerai pas, j’apporterai ma voix: Charles Consigny explique son départ des Grandes Gueules

L’avocat Charles Consigny a décidé de s’engager pour la campagne présidentielle de Valérie Pécresse. Il doit donc s’éloigner des "Grandes Gueules", l’émission de RMC.

Ce n’est qu’un au revoir ? En raison du décompte des temps de parole par le CSA, Charles Consigny est contraint de quitter "Les Grandes Gueules" après son engagement aux côtés de Valérie Pécresse (LR) pour la campagne présidentielle. "Ça me tue ces histoires de temps de parole, avoue l’avocat ce jeudi sur RMC et RMC Story. J’adore participer aux Grandes Gueules, qui est à mon sens l’émission la plus libre du paysage audiovisuel. Je peux témoigner qu’en presque dix ans de service, jamais on ne m’a demandé quoi que ce soit hors antenne. Jamais on m’a dit : ‘Ne dis pas ça ou dis plutôt ça’. Franchement, c’est rare dans le paysage audiovisuel. Donc vous serez toujours ma priorité médiatique, évidemment."

Alors pourquoi choisir de rejoindre la candidate des Républicains ? "C’est ma ligne, explique Charles Consigny. J’ai toujours voté plus ou moins à droite, la droite républicaine. Je pense que c’est la bonne ligne pour le pays, que son programme est le bon. J’aime beaucoup son ‘un tiers Thatcher, deux tiers Merkel’. Thatcher, c’est le redressement de l’Etat et le retour du travail. Merkel, c’est la capacité à faire ça dans un pays comme la France, un pays très éruptif, très divisé. Je trouve que c’est une super candidate, extrêmement pro, de très bon niveau. C’est pour ça que j’ai envie de la soutenir, la défendre et de la faire gagner."

>> Tous les podcasts des "Grandes Gueules" sur RMC

"Jamais je ne répèterai des éléments de langage"

"Je suis chargé de mobiliser la société civile, ajoute l’avocat à propos de son rôle auprès de Valérie Pécresse. C’est très large et je ne suis pas le seul. Il y a d’autres gens dans l’équipe qui ont cette mission. Après, il y a des sujets que je connais mieux que d’autres. La justice, je commence à la connaitre un peu. C’est la richesse de cette candidature de Valérie Pécresse d’avoir des gens très différents autour d’elle, de plus en plus, qui vont permettre de faire émerger des positions qui sont bonnes pour toute la société. Je me méfie des candidats qui font avancer leurs troupes sans demander une pluralité d’opinions." Et lui promet de ne pas changer.

"Je ne sais pas faire autrement que d’avoir ma liberté de parole, assure Charles Consigny. Ça a toujours été ma manière de participer à la vie médiatique. Je crois en plus que les auditeurs, les téléspectateurs, m’en font crédit. C’est même trop précieux pour moi de savoir que les téléspectateurs et les auditeurs me font une certaine confiance, dans ma bonne foi, pour que je prenne le risque de le perdre en ânonnant des éléments de langage. Donc jamais je ne répèterai des éléments de langage. (…) Je vais faire cette campagne partout où on me le demandera. Il y a des porte-paroles qui ont été choisis, mais je représente la société civile avec Valérie Pécresse. C’est quelque chose qui compte. Je ne changerai pas, j’apporterai ma voix."

LP