RMC

Jean-Baptise Djebbari: "Cette réforme est nécessaire mais on ne la fait pas en brutalité"

Le secrétaire d'État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, était l'invité des Grandes Gueules. Il a fait le point sur la réforme des retraites qu'il juge "nécessaire".

Après deux jours de grève importante dans les Transports, Jean-Baptiste Djebbari craint que la mobilisation dure même après l'annonce de la réforme des retraites le 12 décembre prochain. "Je ne pense que SUD Rail et la CGT vont arrêter de faire la grève mercredi prochain. Certains syndicats, j’imagine, vont continuer à faire grève".

"Il y a des syndicats qui sont absolument contre toutes formes de réformes de ce gouvernement"

Alors que Paris voit 12 de ses 14 lignes de métro être impactées par la grève, le service minimum pourrait-être imposé ? "La loi prévoit que, quand les gens ne peuvent se déplacer durablement, l’État peut agir. Le droit de grève est important mais la loi permet à l’état d’intervenir".

Jean-Baptiste Djebbari pointe du doigt certains syndicats, qu'il juge trop obtus. "Les interlocuteurs légitimes qu’on a, ce sont les syndicats. Certains sont fermes comme à l’UNSA et la CFDT mais avec qui ont peu dialoguer. Et, il y a des syndicats qui sont absolument contre toutes formes de réformes de ce gouvernement. La semaine prochaine, ces gens vont demander à poursuivre la grève".

"On ne fait pas cette réforme n'importe comment"

S'il juge cette réforme nécessaire, c'est surtout que le temps presse. "Les gouvernements précédents ont toujours considéré que la réforme des retraites était tellement compliquée qu’il fallait mieux reculer, regrette-t-il. Il y a eu des pansements mais pas de réforme en profondeur".

"Cette réforme est nécessaire mais on ne la fait pas en brutalité, on ne la fait pas n’importe comment, on a pris le temps de la construire avec les interlocuteurs. On peut reprocher beaucoup de choses à Emmanuel Macron, pas celles de ne pas avoir de vision et de courage".

Les Grandes Gueules (avec Maxime Trouleau)