RMC

Jean-Baptiste Djebbari, ministre des Transports, "pas sûr de continuer en politique"

Invité des "Grandes Gueules" ce vendredi sur RMC et RMC Story, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a laissé planer le doute sur son avenir en politique après les élections du printemps.

Stop ou encore pour Jean-Baptiste Djebbari ? Le ministre délégué, chargé des Transports, n’est "pas sûr de continuer en politique" après l’élection présidentielle et les élections législatives au printemps. Après être passé par l’aviation civile et être devenu pilote d’avion d’affaire, il a été élu député de Haute-Vienne en 2017 puis est entré au gouvernement en 2019.

"Je n’ai pas encore arrêté ma réponse, a expliqué Jean-Baptiste Djebbari à propos de son avenir dans ‘Les Grandes Gueules’ ce vendredi sur RMC et RMC Story. Je n’aurais pas dû faire de politique, je faisais autre chose et les circonstances de la politique ont fait que… J’ai fait deux ans et demi de parlement. J’aurai fait deux ans et demi de gouvernement. C’est déjà beaucoup, quand on le fait avec intensité, comme je le fais. Je n’ai pas vocation à faire de la politique un métier. C’était un peu la promesse de la Macronie, vous venez avec ce que vous êtes, qui vous êtes, vous le faites avec intensité et vous repartez faire autre chose."

>> Tous les podcasts des "Grandes Gueules" sur RMC

​​​​​​​

Jean-Baptiste Djebbari: "Ce qui compte pour moi, c’est de me sentir utile"

"Je pilote encore un peu, parfois le week-end, ça manque toujours un peu, a ajouté le ministre. Mais j’aurai peut-être aussi envie de faire autre chose. J’ai beaucoup travaillé dans l’aviation. Je ne suis pas sûr de continuer en politique. Ce qui compte pour moi, c’est de me sentir utile, là où je suis. De faire les choses avec intensité et un peu de distance, et d’y trouver du sens. On verra. Je finis les 100 jours, je les fais à fond et après je déciderai pour moi-même. J’ai déjà fait pas mal de choses dans la vie, avant. Moi, ce qui m’intéresse, c’est vraiment d’être utile dans ce que je fais et de pouvoir faire la différence là où je suis. Il y a plein de secteurs dans lesquels on peut l’être."

LP