RMC

"Koh-Lanta" épinglé pour sexisme: la colère de la productrice Alexia Laroche-Joubert sur RMC

RMC
Alexia Laroche-Joubert, productrice de Koh-Lanta, est intervenue ce mardi dans Les Grandes Gueules en réaction à la publication d'un rapport sur le sexisme à la télévision. Son émission y est cité, notamment pour ses tenues légères, une injustice selon elle.

Koh-Lanta mis dans le même sac que Les Marseillais ou Les Anges de la téléréalité. Voilà qui a le don d'énerver Alexia Laroche-Joubert, productrice du jeu télévisé phare de TF1. Elle est intervenue ce mardi dans Les Grandes Gueules sur RMC pour dénoncer la "partialité" d'un rapport émis par le Haut-conseil à l'Egalité. Koh-Lanta figure donc parmi les émissions qui seraient "en pleine dérive sexiste".

"Je suis extrêmement énervée ! On compare un jeu d’aventure familial diffusé en prime-time avec de la télé-réalité de séduction diffusée à 18 heures pour des ados", dénonce-t-elle.

"Ce rapport est partiel et partial. Koh-Lanta est cité juste pour alimenter plus de communication sur ce rapport"

Elle met en avant les valeurs de ce jeu d'aventure, et regrette que l'on stigmatise les tenues des candidates qui sont évidemment légères vu que le jeu est tourné dans des îles tropicales.

"Je suis allée voir le rapport. Ils ont étudié 6 épisodes de Koh-Lanta sur nos 24 éditions soit 300 épisodes. Ce rapport est partiel et partial. Koh-Lanta est cité juste pour alimenter plus de communication sur ce rapport. Il n’est cité que trois vagues allusions dans ce rapport.
Les femmes, mais aussi les hommes sont en maillot de bain. Depuis quand ça signifie que c’est de la sexualisation? Il me semble qu’en plein été, même sur la côte Basque les hommes et les femmes sont en maillot de bain."

"Ca veut dire quoi ? Ils veulent rhabiller les femmes?"

La productrice assure que les tenues des candidates ne sont absolument pas choisies par sa société.

"Ca veut dire quoi? Ils veulent rhabiller les femmes? Ils portent un jugement sur les tenues choisies par les candidates, c’est pas nous qui choisissons. Elles sont parfaitement libres. On limite juste leur nombre de tenues.
Je vais demander immédiatement un rendez-vous à Marlène Schiappa. On ne peut pas laisser ce rapport mettre à mal une émission référence regardée par un enfant sur deux à la télévision où en plus on a des valeurs de surpassement de soi."
James Abbott